Alerte Infections Sexuellement Transmissibles (IST) : face à la hausse, le CHUGA aux avant-postes

Face à l’augmentation de la fréquence des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) dans la population, et plus particulièrement chez les jeunes, le CHU Grenoble Alpes a organisé un temps d'information et de sensibilisation en partenariat avec le Comité de coordination régionale de la lutte contre le VIH (Corevih).

Face à l’augmentation de la fréquence des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) dans la population, et plus particulièrement chez les jeunes, le CHU Grenoble Alpes a organisé un temps d’information et de sensibilisation en partenariat avec le Comité de coordination régionale de la lutte contre le VIH (Corevih)
C’est un fait. Les personnes contaminées par une Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont chaque année de plus en plus nombreuses en France. « Nous constatons une hausse significative du nombre d’infections au niveau de l’arc alpin comme sur l’ensemble du territoire français, et plus particulièrement chez les jeunes. Certaines IST comme la syphilis, qui semblait avoir plus ou moins disparu, sont malheureusement de retour. Le taux de contamination à la syphilis double même chaque année. D’autres IST comme la chlamydiose peut avoir des conséquences sur la fertilité chez les jeunes femmes » témoigne le Pr Olivier Epaulard, infectiologue au CHU Grenoble Alpes et président du Corevih Arc Alpin.
La prévention aux IST s’avère donc être un vrai enjeu de santé publique. A la veille du Sidaction 2017, le Corevih a sensibilisé les usagers de l’hôpital Michallon en installant l’exposition « L’irresISTible » – 10 panneaux pédagogiques réalisés par le CRIPS et l’IREPS Rhône Alpes– et en informant les patients comme les professionnels de santé de l’établissement sur la dangerosité des Infections Sexuellement Transmissibles.
« Les gens ont du mal à s’exprimer sur les IST. Ils n’osent en parler ni à leur médecin ni à leur partenaire. Cette journée nous permet d’être à leur disposition et de les inviter à venir se faire dépister en cas de doute » conclut le Pr Olivier Epaulard. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.