Hayange sauvé du dépôt de bilan par le CHR

Au bord du dépôt de bilan, l’hôpital d’Hayange, établissement de 185 lits, a été repris en août 2012 par le CHR Metz-Thionville. Un an après, le redressement est avéré : l’offre de soins de proximité est déployée dans une logique de complémentarité territoriale, les trois quart des 255 salariés ont trouvé un emploi au CHR et le déficit a diminué de moitié. Une remise à niveau effectuée en un temps record. Retour sur un sauvetage express…

Au bord du dépôt de bilan, l’hôpital d’Hayange, établissement de 185 lits, a été repris en août 2012 par le CHR  Metz-Thionville. Un an après, le redressement est avéré : l’offre de soins de proximité est déployée dans une logique de complémentarité territoriale, les trois quart des 255 salariés ont trouvé un emploi au CHR et le déficit a diminué de moitié. Une remise à niveau effectuée en un temps record. Retour sur un sauvetage express…
L’hôpital d’Hayange dispensait des  soins non programmés en médecine à travers ses services d’urgences, de cardiologie, de pneumologie, de diabétologie, de cancérologie, d’hépato-gastro-entérologie. Lourdement déficitaire, 7,7M€ en année pleine, pour un budget de 18M€,  sa survie était menacée. Il lui fallait trouver très vite un repreneur. Appelé à son secours par le Ministère de la Santé et l’ARS, le CHR a pris les commandes de l’établissement le 1er août 2012. En quelques mois l’offre de soins était recomposée selon les principes de proximité, de complémentarité et d’ouverture sur la ville, préfigurant le futur "service territorial de santé" prévu par la stratégie nationale de santé.

A Hayange, le CHR a pu redynamiser la rééducation cardiaque, le seul service du bassin thionvillois) grâce aux interventions de ses cardiologues. Il a maintenu la pneumologie et le plateau technique d’explorations fonctionnelles et d’allergologie réaménagé à proximité, la diabétologie et la  gastro-entérologie. Un service de médecine polyvalente a été ouvert afin de répondre aux besoins d’hospitalisation des patients en aval des urgences et aux demandes des professionnels de santé de la vallée de la Fensch.
L’unité de soins non programmée a été transformée en service de consultations non programmées de médecine générale -après concertation et plein accord avec les médecins de ville très sollicités et peu nombreux dans le bassin de vie.
L’ambulatoire a été développé et regroupé au sein d’un hôpital de jour de médecine polyvalente et de chimiothérapie.
Parmi les activités nouvelles, on retiendra l’implantation d’une unité de soins palliatifs de 10 lits, d’un service de Soins de suite et de réadaptation de 22 lits et la création d’activités d’hospitalisation à domicile. L’hôpital d’Hayange a également accueilli l’équipe mobile de soins palliatifs et la consultation douleur transférées du site vétuste de Beauregard (CHR Thionville).
En lien avec le pôle de pharmacie du CHR, l’activité de préparation des chimiothérapies par la pharmacie d’Hayange a été renforcée et développée en intégrant la préparation des chimiothérapies pour les hôpitaux de Mont Saint-Martin (établissement ESPIC du groupe SOS repris par Alpha Santé) et de Briey en janvier 2013Par contre, le laboratoire a été regroupé avec celui du CHR tout en maintenant une activité de biologie délocalisée..
Ces transformations ont été menées dans un délai record, à une période où le CHR était particulièrement mobilisé par ailleurs par la préparation de l’ouverture du nouvel hôpital de Mercy à Metz, septembre-octobre 2012 pour l’hôpital adultes, et en janvier 2013 pour l’hôpital Femme-Mère-Enfant.
Et demain…
La prochaine étape du projet médical d’Hayange concerne le transfert début 2014 des services d’hospitalisations adultes de psychiatrie du CHR, ce qui permettra au CHR de fermer le site vétuste de l’hôpital Beauregard de Thionville et d’économiser une reconstruction de 12M€ sur le site principal de l’hôpital de Bel Air du CHR à Thionville. Les travaux d’aménagement sont  financés grâce au maintien des crédits PRISM (Projet Régional d’Investissement en Santé Mentale) par l’ARS et le Ministère de la Santé (8 millions d’euros).
Début  2014,  une Maison d’Accueil Spécialisée accueillera les patients trachéotomisés.
Ces évolutions répondent aux besoins de santé de la population. Elles ont été conduites dans une approche de service territorial de santé conformément au projet médical du site d’Hayange validé par l’ARS de Lorraine
Maintien de 180 emplois 
Au moment de la reprise, le CHR a proposé un contrat à durée indéterminé (CDI)  aux 255 salariés du site d’Hayange : 180 personnes ont intégré le CHR et ont signés un CDI de droit public, 55 personnes ont refusé l’intégration au CHR et ont fait l’objet d’une procédure de licenciement conformément au code du travail. Une vingtaine de salariés ont été redéployés sur des postes vacants du CHR.
La gestion sociale de cette intégration au CHR et les réorganisations médicales mises en œuvre ont fait l’objet d’un dialogue social très actif et très en amont avec les organisations syndicales, dans le contexte économique et social très sensible de la vallée de la Fensch. Tous les salariés ont été rencontrés en entretien individuel et ont fait l’objet d’un accompagnement social personnalisé.
Un déficit passé de 7,7 millions en 2012 à 3,4 millions en 2013 
En 2012, le déficit constaté par le CHR au moment de la reprise a été supérieur au déficit annoncé. Suite à un audit financier complet, il a été constaté à 3,35M€ pour 6 mois, soit 7,7M€ en année pleine, pour un budget de 18M€.
En 2013, le déficit a été réduit de 55% grâce aux réorganisations menées par le CHR et s’élève à 3,4 M€ en année pleine. L’objectif étant d’atteindre l’équilibre en 2015. A noter que le déficit de l’hôpital d’Hayange pèse pour moitié dans le déficit prévisionnel du CHR pour 2013 (7M€).

Historique de la reprise de l’hôpital d’Hayange par le CHR Metz-Thionville
Afin d’éviter un dépôt de bilan du groupe Alpha Santé (ESPIC regroupant des établissements sanitaires et médico-sociaux) et sur les préconisations de l’administrateur provisoire désigné par l’ARS de Lorraine, le CHR Metz-Thionville a été sollicité début 2012 pour la reprise de l’Hôpital d’Hayange, situé à proximité de Florange.
Le 17 Février 2012, le Conseil de Surveillance du CHR Metz-Thionville a donné un avis favorable de principe à la demande de reprise de l’hôpital d’Hayange, sous réserve de l’examen des modalités techniques, juridiques et financières de ce projet, et de la réalisation d’un audit financier externe.
Le CHR a proposé dans ce cadre un projet médical restructurant l’offre de proximité d’Hayange en lien avec les autres sites du CHR, et a accompagné les restructurations mises en œuvre par l’administrateur provisoire (fermeture de la chirurgie d’Hayange sous occupée et non efficiente, et mise en œuvre de consultations avancées de chirurgie à partir du CHR).
Les discussions se sont poursuivies entre le groupe SOS, repreneur d’Alpha Santé au printemps 2012 et le CHR Metz-Thionvillle en lien avec l’ARS de Lorraine et le Ministère de la Santé permettant d’aboutir à un accord sur le projet de reprise.
Le 29 juin 2012, le Conseil de Surveillance du CHR Metz-Thionville a émis un avis favorable à l’unanimité à la reprise du site d’Hayange, suite à l’accord de Mme la Ministre de la Santé de compenser le déficit financier et le passif social de l’hôpital d’Hayange par l’octroi au CHR de 5 millions d’euros pour accompagner cette reprise sans pénaliser le CHR (3M€ pou l’accompagnement social, 2M€ pour le déficit sur 6 mois).
Le traité d’apport d’Hayange au CHR a été signé par le CHR et le Groupe SOS le 1er août 2012. Cette signature a officialisé la reprise de l’Hôpital d’Hayange par le CHR Metz-Thionville.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.