Héli-SMUR pour la façade atlantique

Cet été, l'ARH a doté la région Pays de Loire d'un hélicoptère sanitaire hospitalier (Héli-SMUR) permettant à la façade atlantique de la région de bénéficier de ce vecteur de transport moderne.

Malgré son coût élevé, l’hélicoptère sanitaire s’avère indispensable dans un certain nombre de transports, réservés à des situations médicalement avérées. En développant ce moyen, l’Agence Régionale de l’Hospitalisation emboîte le pas à de nombreux exemples à l’étranger et en France et entend apporter une réponse à la concentration des moyens médicaux lourds et/ou spécialisés sur un nombre restreint de plateaux techniques d’envergure régionale.

Cet été, l’ARH a doté la région Pays de Loire d’un hélicoptère sanitaire hospitalier (Héli-SMUR) permettant à la façade atlantique de la région de bénéficier de ce vecteur de transport moderne.
Moyen à vocation régionale, il est basé à Nantes et coordonné par le SAMU 44. Les médecins régulateurs des SAMU 44 et 85 décident de son intervention pour leurs départements respectifs. Stationné en permanence sur l’hélistation de l’Hôtel-Dieu, l’Héli-SMUR est disponible, sous réserve de conditions mé-téorologiques favorables.

L’équipe Héli-SMUR est composée du pilote, d’un médecin (urgentiste de Vendée ou de Loire-Atlantique, pédiatre du SMUR pédiatrique régional de Nantes), d’une infirmière du SMUR de Nantes, et éventuel-lement d’un interne en médecine.
L’Héli-SMUR est dédié principalement aux transferts secondaires (entre deux établissements de soins) qui représentent 75% des missions. Ce moyen performant vient en appui des moyens terrestres justifiant des soins réanimatoires urgents.

Comme tous les héli-SMUR utilisés en France, l’hélicoptère en service au CHU de Nantes est la propriété d’une société privée. Un contrat de location permet au CHU de Nantes de bénéficier d’un hélicoptère dont la maintenance et le pilotage sont assurés par la société propriétaire.

Le financement de l’Héli-SMUR repose actuellement sur un contrat spécifique. Il permet 450 heures de vol, soit près de 1000 mouvements aériens par an. Le montant alloué pour 2004 ne couvre malheureusement pas l’année pleine, notre bassin de population nécessitant 600 heures de vol au moins.

Ce nouveau moyen héliporté constitue un énorme progrès caractérisé par une importante réduction des délais d’accès aux plateaux techniques spécialisés et une meilleure prise en compte des services sanitaires de la population.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.