HéliSmur régional : un second hélicoptère basé au CHU d’Angers

Sécuriser les conditions d'évacuations, diminuer le délai d'accès aux services spécialisés du CHU pour les patients en situation critique, notamment en zones blanches situées à plus de 30 minutes d'un centre Smur, voilà tout l’enjeu du second hélicoptère médicalisé (héliSmur) pour les Pays de la Loire. En validant ce projet, l'Agence Régionale de Santé décline le principe d’égalité d’accessibilité aux ressources sanitaires à tous les ligériens.

Sécuriser les conditions d’évacuations, diminuer le délai d’accès aux services spécialisés du CHU pour les patients en situation critique, notamment en zones blanches situées à plus de 30 minutes d’un centre Smur, voilà tout l’enjeu du second hélicoptère médicalisé (héliSmur) pour les Pays de la Loire. En validant ce projet, l’Agence Régionale de Santé décline le principe d’égalité d’accessibilité aux ressources sanitaires à tous les ligériens. Une décision est motivée tant par la localisation stratégique de l’établissement hospitalo-universitaire angevin que par l’expertise médicale de ses équipes.

Angers, établissement de recours au centre et à l’Est des Pays de la Loire
Le CHU d’Angers, avec ses 6 000 hospitaliers, s’appuie sur des équipes médicales de très haut niveau, susceptibles de prendre en charge les patients aux pronostics les plus délicats. Pôle de santé de référence pour la région Est des Pays de la Loire, le CHU d’Angers joue un rôle pivot dans la coordination des coopérations médicales entre les hôpitaux du secteur. La liaison en hélicoptère entre le CHU et les établissements implantés à plus de 50 kilomètres va contribuer à fluidifier, à sécuriser le transfert des patients et à réduire les temps de transports pour les filières cardio-pulmonaires – embolisation, chirurgie cardiaque, chirurgie thoracique-,  neurochirurgicales (dont pédiatrique, seul site en Pays de la Loire), réanimation pédiatrique, néonatalogie, caisson OHB pour la médecine hyperbare (recours aussi pour d’autres régions limitrophes) et pour le Trauma center/Trauma center niveau 1.

Le projet "Trauma-center-Trauma system", porté par les Docteurs Guillaume Bouhours et Abdelhafid Talha du CHU d’Angers, qui associera l’ensemble des hôpitaux du territoire, illustre les besoins auxquels va répondre cet hélicoptère. Le "Trauma center-Trauma system" optimisera la prise en charge des patients présentant une urgence vasculaire ou un traumatisme crânien pour lesquels un retard d’intervention peut entraîner de graves séquelles. L’organisation des transferts s’appuiera sur n réseau de soins régional des traumatisés graves et la mise en place d’un centre de référence pour la prise en charge des traumatisés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.