Hépatite alcoolique sévère : un nouveau traitement améliore le taux de survie

La combinaison de deux traitements un anti-oxydant et un anti-inflammatoire vient de prouver son efficacité en cas d’hépatite alcoolique sévère. Une avancée déterminante pour des milliers de patients* atteints par cette forme très grave de maladie du foie et dont le pronostic vital est engagé à 6 mois. La communauté scientifique a salué la découverte amiénoise par une publication dans la prestigieuse revue internationale « The New England Journal of Médicine » **. La recherche a été portée par deux équipes : celle du Professeur Nguyen-Khac, chef de service d’Hépato-Gastoentérologie du CHU d’Amiens-Picardie et celle de l’INSERM 24 « Alcoolisation précoce et vulnérabilité à la dépendance » de l’Université de Picardie Jules Verne.

La combinaison de deux traitements un anti-oxydant et un anti-inflammatoire vient de prouver son efficacité en cas d’hépatite alcoolique sévère. Une avancée déterminante pour des milliers de patients* atteints par cette forme très grave de maladie du foie et dont le pronostic vital est engagé à 6 mois. La communauté scientifique a salué la découverte amiénoise par une publication dans la prestigieuse revue internationale « The New England Journal of Médicine » **. La recherche a été portée par deux équipes : celle du Professeur Nguyen-Khac, chef de service d’Hépato-Gastoentérologie du CHU d’Amiens-Picardie et celle de l’INSERM 24 « Alcoolisation précoce et vulnérabilité à la dépendance » de l’Université de Picardie Jules Verne.

Le Professeur Nguyen-Khac a eu l’idée d’associer un traitement anti-oxydant au traitement anti-inflammatoire classique, compte tenu du déficit fréquent en anti-oxydant du foie alcoolique. L’étude menée sur 174 patients a démontré une amélioration significative de la survie des patients à 1 mois de traitement, accompagnée d’une bonne tolérance. Plus précisément le traitement combiné réduit de 16% le nombre de décès à 1 mois  (24% des patients traités par corticoide seul décèdent au bout d’un mois contre 8% avec le N-acétylcystéine). Ce nouveau médicament, le N-acétylcystéine,  est en fait une très ancienne molécule. Peu coûteux, il va permettre d’améliorer le pronostic vital des patients atteints d’hépatite alcoolique sévère. 
L’hépatite alcoolique aigüe sévère est une des formes les plus graves de la maladie alcoolique du foie. Elle touche des personnes ayant une consommation excessive et chronique d’alcool, généralement supérieure à 50 grammes d’alcool par jour (5 verres) pendant plus de 3 à 6 mois. La maladie est caractérisée par une défaillance du foie (insuffisance hépatique) et une jaunisse intense pouvant conduire à un coma, puis au décès dans 40 à 45% des cas dans les 6 premiers mois. Le traitement de référence pour cette pathologie associe l’arrêt de la consommation d’alcool et la prise de cortisone en raison du caractère très inflammatoire de la maladie. Mais malgré ce traitement, 35% des malades meurent au terme d’un suivi de 6 mois. Les premiers essais ont montré que le nouveau traitement repoussait l’échéance fatale.

* En 2008, une enquête a recensé plus de 3 800 patients traités pour hépatites alcooliques en France
** Nguyen-Khac E et coll, Glucocorticoids plus N-acetylcysteine in Severe Alcoholic Hépatitis", The New England Journal of Medicine 2011; 365 10 novembre 2011

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.