Hépato-gastroentérologie : le soutien de la fondation SanTDige

Les maladies hépatiques et digestives touchent près de 20% de la population en France. Autres chiffres alarmants : 70 000 personnes en meurent chaque année et 1 cancer sur 4 est digestif. La mobilisation des équipes contre ces maladies -premier motif d'hospitalisation- a permis de réaliser d'importants progrès diagnostiques, thérapeutiques et technologiques durant ces vingt dernières années. Aujourd'hui, il est essentiel de continuer à soutenir la recherche et de trouver de nouvelles sources de financement. La fondation SanTDige créée en juillet 2008 subventionne les travaux de l'institut des maladies de l'appareil digestif (Imad). Gros plan sur un partenariat qui pourrait faire école

Les maladies hépatiques et digestives touchent près de 20% de la population en France. Autres chiffres alarmants : 70 000 personnes en meurent chaque année et 1 cancer sur 4 est digestif. La mobilisation des équipes contre ces maladies -premier motif d’hospitalisation- a permis de réaliser d’importants progrès diagnostiques, thérapeutiques et technologiques durant ces vingt dernières années. Aujourd’hui, il est essentiel de continuer à soutenir la recherche et de trouver de nouvelles sources de financement. La fondation SanTDige créée en juillet 2008 subventionne les travaux de l’institut des maladies de l’appareil digestif (Imad). Gros plan sur un partenariat qui pourrait faire école

Inauguré en 2005, l’institut des maladies de l’appareil digestif (Imad) du CHU de Nantes, s’est donné pour objectif de comprendre, prévenir et guérir les maladies du foie et de l’appareil digestif. Ses équipes hospitalo-universitaires assurent également une mission d’enseignemnet. « Cette quête de synergie a pour but de dynamiser la recherche aussi bien que de favoriser le transfert de connaissances en vue d’applications concrètes au lit du malade »rappelle le professeur Jean-Paul Galmiche, directeur de l’Imad.

Depuis juillet 2008, l’Imad bénéficie du soutien de la fondation d’entreprise SanTDige. Créée grâce à la générosité de 7 entreprises, SanTDige met à disposition de l’Imad des ressources supplémentaires pouvant être disponibles très rapidement. Grâce aux contributions des mécènes de SanTDige les spécialistes de l‘Imad font progresser la prévention, le diagnostic et les traitements des maladies relevant hépatiques et gastroentérologiques.

L’engagement SanTDige
Dans le cadre d’engagement de mécénat d’entreprise à caractère désintéressé, 7 fondateurs se sont déjà engagés sur le principe d’une donation annuelle pendant 5 ans : le CREDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDEE, FUJINON (Europe) GmbH, GIVEN IMAGING SAS, JANSSEN-CILAG SA, MAUNA KEA TECHNOLOGIES, PENTAX France SAS et PORSOLT SAS. Le montant initial des ressources de SanTDige s’élève à 650 000 euros mais la fondation souhaite accueillir de nouveaux fondateurs afin de développer ses actions.

La Fondation soutient des projets de recherche centrés sur les maladies digestives, depuis la recherche fondamentale (en laboratoire) jusqu’au lit du malade (recherche clinique). Elle aide à la diffusion des connaissances et à l’information sur les maladies digestives auprès des professionnels de santé comme du grand public. SanTDige contribue également au développement de la formation professionnelle.

A l’image de ses fondateurs et de l’Imad, SanTDige se place sous le sceau de l’éthique et partage avec l’Imad les mêmes valeurs : la proximité avec le malade, l’échange et le partage des connaissances, la rigueur et le professionnalisme et l’innovation et le goût d’entreprendre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.