« Hépat’oie, épate-moi », le 1er jeu d’éducation thérapeutique dédié aux hépatites

Connaître et comprendre sa maladie pour la maîtriser au quotidien : c’est l’objectif du jeu imaginé et conçu par Sylvie Ehrhart, infirmière de recherche clinique et d'éducation thérapeutique, au service Hépato Gastro Entérologie du CHRU de Nancy. Utilisé au sein du programme d’éducation thérapeutique dédié à l’hépatite C et B, « Hépat’oie, épate-moi » est depuis mars 2015, mis gratuitement à disposition des hôpitaux et des associations impliqués dans la prise en charge des hépatants en France.

Connaître et comprendre sa maladie pour la maîtriser au quotidien : c’est l’objectif du jeu imaginé et conçu par Sylvie Ehrhart, infirmière de recherche clinique et d’éducation thérapeutique, au service Hépato Gastro Entérologie du CHRU de Nancy. Utilisé au sein du programme d’éducation thérapeutique dédié à l’hépatite C et B, « Hépat’oie, épate-moi » est depuis mars 2015, mis gratuitement à disposition des hôpitaux et des associations impliqués dans la prise en charge des hépatants en France.
330 questions / réponses permettent de passer en revue toutes les interrogations d’une personne atteinte d’hépatite C ou d’hépatite B. Joué en groupe ou de façon individuelle, « Hépat’oie, épate-moi » repose sur une démarche interactive qui permet d’apporter à chaque hépatant des éléments précis et vérifiés sur sa maladie et ses traitements : effets secondaires, impact sur le foie, prévention et contamination ou encore la gestion de la pathologie lors d’activités sportives, de loisirs ou de voyages. Une source d’information également intéressante pour les professionnels de santé et les bénévoles des associations.
« Si le jeu a été pensé à partir du format traditionnel du jeu de l’oie, franchir en premier la ligne d’arrivée n’est pas une fin en soi, rappelle Sylvie Ehrhart. L’approche ludique est reconnue comme pertinente et efficace dans l’éducation thérapeutique, quelle que soit la pathologie, car elle encourage et facilite les échanges entre patients et soignants, et entre patients lors des ateliers collectifs. On peut voir le jeu comme un « lanceur de discussion » qui incite les participants à partager leurs expériences respectives, pour dégager ensemble des solutions pratiques adaptées aux problématiques de chacun. Il y a moins d’hésitation à aborder certains sujets délicats, voire tabous comme l’utilisation de seringues dans la consommation de drogues. »
« J’ai tout d’abord élaboré une version « artisanale » du jeu il y a deux ans. Les premières utilisations et les différents retours ont contribué à améliorer progressivement son contenu, validé de façon multidisciplinaire sur les plans médical, diététique ou encore juridique ». L’obtention d’un financement du laboratoire Janssen, un partenariat avec un graphiste indépendant et de l’association SOS Hépatites 54, ont ensuite permis de lancer la conception et la fabrication « professionnalisée » du jeu. C’est ainsi un total de 102 boîtes de « Hépat’oie, épate-moi » qui sont proposées gratuitement à tous les services d’Hépato Gastro Entérologie de France et à toutes les associations qui en feraient la demande.
Ce jeu s’inscrit dans le programme d’éducation thérapeutique du CHRU de Nancy baptisé « C Hép’Arti », autorisé par l’ARS de Lorraine depuis février 2014. Il s’articule autour d’ateliers animés par les professionnels de santé du service Hépato Gastro Entérologie du CHRU et qui ont pour thèmes : mieux comprendre la maladie, intégrer le traitement à son mode de vie, nutrition et alimentation, ou encore le bien-être dans sa vie malgré la maladie.
Renseignements : Sylvie Ehrhart 03.83.15.37.46 / s.ehrhart@chu-nancy.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.