Hernie discale, disque douloureux : un nouveau traitement à Orléans

Pour remplacer les disques cervicaux ou lombaires par des prothèses adaptées à la morphologie des patients, le Dr Thierry Dufour, neurochirurgien au Centre Hospitalier Régional d'Orléans, aidé de 7 autres neurochirurgiens et orthopédistes a mis au point une nouvelle prothèse. Appelée aussi arthroplastie du rachis ou disque artificiel, l'intervention permet de restaurer la mobilité anatomique du cou ou du dos.

Pour remplacer les disques cervicaux ou lombaires par des prothèses adaptées à la morphologie des patients, le Dr Thierry Dufour, neurochirurgien au Centre Hospitalier Régional d’Orléans, aidé de 7 autres neurochirurgiens et orthopédistes a mis au point une nouvelle prothèse. Appelée aussi arthroplastie du rachis ou disque artificiel, l’intervention permet de restaurer la mobilité anatomique du cou ou du dos.

En novembre 2004, le Dr Thierry Dufour était le premier au monde à poser cette nouvelle « petite pastille » entre les vertèbres d’un malade. Depuis 66 autres patients âgés entre 18 et 65 ans ont été opérés au CHR soit près du tiers des opérations françaises de ce type. Aujourd’hui, elles peuvent être posées sur trois niveaux de disques intervertébraux consécutifs si besoin.

Les prothèses de disques Mobi C se présentent comme un « mini-sandwich » de métal. Les deux parties extérieures sont en alliage de chrome-cobalt avec un côté lisse et un côté rugueux pour s’intégrer à l’os. Entre ces deux morceaux métalliques, le chirurgien glisse un noyau plastique mobile en bio-polymère.

Avec un indice global de satisfaction de 97.2%, cette technique a prouvé son efficacité. Avant l’opération 80% des patients étaient sous analgésiques. Après l’intervention, la grande majorité (77%) d’entre eux ne suit plus aucun traitement car la douleur décroît, passant de 60 sur 100 sur l’échelle de la douleur, à 20 en 3 mois et à 19 au bout d’un an. Mieux encore, la reprise du travail est effective pour 83% des personnes opérées alors qu’elles n’étaient que 38% à exercer une activité auparavant.

En évitant les soudures, les prothèses mises par le Dr Thierry Dufour remplacent avantageusement les opérations traditionnelles qui consistaient à retirer le disque cervical usé ou à greffer des petits morceaux d’os pour faire la fusion entre les vertèbres puis à ajouter des plaques métalliques et des vis.

En France, seule une vingtaine de centres pratiquent cette opération qui n’est pas encore remboursée par la Sécurité Sociale. Les établissements publics limitent le nombre de poses, quant aux privés ils les facturent intégralement et l’addition atteint entre 10 000 et 15 000 euros !

Une innovation 100 % française
8 neurochirurgiens et orthopédistes forment le groupe de concepteurs. La mise au point de l’innovation a été orchestrée par la Société troyenne LDR médical. La prothèse 100% made in France est en cours d’évaluation par la Food and Drug administration.

Un plus pour le CHR
Ce progrès médical profite aussi au CHR d’Orléans, désormais labellisé Centre international de formation en chirurgie du rachis instrumentée. Le service de neurochirurgie accueille des patients de tous horizons, des autres départements français mais aussi de l’étranger ! Former des chirurgiens américains, chinois, anglais… à ces nouvelles techniques est un challenge supplémentaire pour toute l’équipe du bloc opératoire et pour l’établissement.

Pour tout renseignement
contacter le secrétariat du service de neurochirurgie : 02 38 51 46 41

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.