Hernie discale lombaire : une nouvelle intervention sous scanner

Les douleurs lombaires sont un problème de santé publique majeur. On déclare en France près de 56 300 séjours hospitaliers par an pour hernie discale entraînant la plupart du temps, des arrêts de travail. Face à ce fléau, les traitements s'affinent et deviennent moins agressifs et moins coûteux.

Les douleurs lombaires sont un problème de santé publique majeur. On déclare en France près de 56 300 séjours hospitaliers par an pour hernie discale entraînant la plupart du temps, des arrêts de travail. Face à ce fléau, les traitements s’affinent et deviennent moins agressifs et moins coûteux.

Une douleur qui irradie le membre inférieur au point de ne plus pouvoir marcher ! il y a de fortes probabilités pour que ce soit une hernie discale.

Le diagnostic est d’abord suspecté cliniquement puis confirmé par une IRM ou un scanner réalisé après 1 mois de traitement médical dont le résultat n’est pas satisfaisant.
Ces examens permettent d’analyser de façon précise les rapports de la hernie discale avec les structures nerveuses. C’est ce conflit disco-radiculaire qui est responsable de la douleur irradiant dans le membre inférieur : sciatique ou cruralgie.

Des moyens thérapeutiques existent contre ces douleurs : antalgiques, anti-inflammatoires, rééducation et chirurgie en cas de résistance au traitement.
Depuis quelques années, grâce à l’émergence de technique d’imagerie interventionnelle sous contrôle scanner, des traitements radioguidés se sont développés.
En cas d’échec au traitement médical classique, il est possible de procéder à des infiltrations sous contrôle scanner au niveau de la hernie discale responsable de la douleur. Ces interventions se pratiquent en ambulatoire et nécessite un repos au lit pendant quarante huit heures après le geste. Malgré leur efficacité prouvée, certains patients souffrent encore de leurs sciatiques.

Une nouvelle arme thérapeutique a fait sont apparition au CHU de Nice venant s’ajouter à l’arsenal thérapeutique : la micro-herniectomie sous contrôle scanner.
Cette intervention consiste à réaliser sous anesthésie locale, sous asepsie chirurgicale une extraction de la hernie discale responsable de la douleur.
Le patient est allongé sous un scanner et un arceau de scopie, des repérages dans les 3 plans de l’espace permettent de s’assurer de la justesse du positionnement du matériel.
Une incision de 2 mm seulement permet d’introduire une sonde d’aspiration jusqu’au niveau de la hernie discale.
Enfin, on réalise une aspiration du fragment discal au contact du nerf. La hernie remonte par un procédé mécanique le long de la sonde. Elle est ensuite récupérée pour évaluer la quantité de matériel retiré.

L’intérêt de cette technique innovante réside dans son exécution en temps réel, sous anesthésie locale, indolore, durant en moyenne moins d’une heure et sans aucune cicatrice cutanée.

En cas d’échec de l’intervention, une opération par chirurgie classique pourra éventuellement prendre le relais. Une courte hospitalisation de 24 à 48 heures est nécessaire pour une surveillance post-interventionnelle.
Les résultats obtenus avec un recul de un an et demi sont très encourageants à condition de respecter les critères d’inclusions et les contre-indications .

Six CHU pratiquent cette technique

Cette procédure est réalisée depuis l’année 2004 au CHU à l’hôpital l’archet II par le Dr Amoretti Nicolas et le Dr Grimaud Anne dans le service du Pr Bruneton en imagerie médicale et interventionnelle. Six CHU pratiquent cette technique : Paris (Lariboisiere), Clermont-ferrand, Lille prochainement Strasbourg et Nancy. Le CHU de Nice a été le premier à pratiquer cette intervention (première publication).

La prise en charge des patients est effectuée en étroite collaboration avec les Dr Flory Philippe, Brocq Olivier du service de rhumatologie du Pr Euller-Ziegler.

Pour contacter le service
amoretti.n@chu-nice.fr
tél 04 92 03 63 53.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.