Histocompatibilité du CHU de Nancy : accrédité EFI depuis 1998

Une équipe prête à intervenir 24h/24, 7jrs/7 : des techniciennes, des biologistes, des secrétaires, un cadre de santé et un ingénieur qualité à temps partiel... Le service d'histocompatibilité du CHU de Nancy réalise les examens de compatibilité nécessaires aux greffes d'organes et aux greffes de moelle osseuse. Tous les ans, ces professionnels hautement spécialisés sont soumis aux procédures d'une accréditation européenne (European Federation for Immunogenetics) leur donnant un label de qualité qui officialise leur expertise.

Une équipe prête à intervenir 24h/24, 7jrs/7 : des techniciennes, des biologistes, des secrétaires, un cadre de santé et un ingénieur qualité à temps partiel… Le service d’histocompatibilité du CHU de Nancy réalise les examens de compatibilité nécessaires aux greffes d’organes et aux greffes de moelle osseuse. Tous les ans, ces professionnels hautement spécialisés sont soumis aux procédures d’une accréditation européenne (European Federation for Immunogenetics) leur donnant un label de qualité qui officialise leur expertise.

Rattaché depuis 1999 au CHU de Nancy, le service d’histocompatibilité voit ses activités progresser en moyenne de 5% par an. Trois grandes missions pour ce laboratoire, en commençant par les greffes d’organes. Dans ce cadre, il réalise le groupage tissulaire des malades en attente de greffe et, en urgence, celui des donneurs potentiels. Le groupage tissulaire est l’étude des caractéristiques génétiques nécessaires à la compatibilité tissulaire. Il faudra encore 5 heures minimum à l’équipe d’astreinte pour refaire une batterie d’examens sur les receveurs potentiels avant d’accorder son feu vert à la transplantation.

Aider, à travers les typages et la recherche de donneurs, à la réalisation des greffes de moelle osseuse au CHU de Nancy. Leur nombre est en progression constante depuis une dizaine d’années puisqu’elles sont préconisées dans des pathologies plus larges. Aujourd’hui, 30% des compatibilités sont possibles au sein d’une même fratrie et pour les 70% restant, il faut se tourner vers les donneurs anonymes et volontaires.
C’est pourquoi au niveau national et international des registres ont été constitués qui recensent tous des donneurs potentiels. C’est « France Greffe de Moelle » qui a été mandaté par le Ministère de la Santé pour constituer le registre français. Cet organisme fait lui-même partie du « World Marrow Donor Association », structure planétaire qui comptabilise plus de 11 millions de donneurs. Toutes ces banques de données sont reliées entre elles par informatique afin de réduire au minimum les procédures permettant de trouver un donneur potentiel. L’équipe du laboratoire est rodée au suivi journalier des interrogations concernant les malades du CHU afin de trouver un donneur compatible sur l’un ou l’autre des registres internationaux.

Le service d’histocompatibilité du CHU de Nancy est également centre donneur et à ce titre, il gère le registre des donneurs volontaires de moelle osseuse correspondant aux 4 départements lorrains auxquels s’ajoutent la Marne et l’Aube. On compte actuellement 5648 personnes dans cette région prêtes à ce geste de générosité qui ne peut s’effectuer que dans des conditions très précises : être âgé de 18 à 50 ans et en bonne santé, accepter l’anonymat de son acte et indiquer au service tout changement de situation géographique car on peut être appelé un mois, un an ou 5 années après son inscription. Si un donneur de la région est sélectionné pour donner sa moelle, l’équipe du service d’histocompatibilité organise le prélèvement de moelle au CHU de Nancy dans un délai d’environ un mois, en accord avec le donneur et le centre greffeur. L’équipe du laboratoire suit les demandes concernant le registre de la région afin de répondre rapidement aux sollicitations régionales, nationales ou internationales.

Enfin, dernière mission du service d’histocompatibilité : le suivi des greffes à travers l’aide apportée aux cliniciens dans les diagnostics de rejets. Ce suivi nécessite une connaissance très précise de l’état immunologique avant greffe et des examens réguliers après greffe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.