Hommage à Robert DEBRÉ, fondateur des CHU et de la pédiatrie

L'Académie nationale de médecine rendra hommage au Professeur Robert Debré, mercredi 3 décembre 2008 à 10 heures, 16, rue Bonaparte – Paris 6ème. Robert DEBRE (1882-1978) a non seulement défini les fondements de la pédiatrie en France mais il est aussi à l'origine, grâce à son engagement personnel et à sa largesse de vue, des C.H. et U.

L’Académie nationale de médecine rendra hommage au Professeur Robert Debré, mercredi 3 décembre 2008 à 10 heures, 16, rue Bonaparte – Paris 6ème. Robert DEBRE (1882-1978) a non seulement défini les fondements de la pédiatrie en France mais il est aussi à l’origine, grâce à son engagement personnel et à sa largesse de vue, des C.H. et U.

Médecin et précurseur, il a prôné la pluridisciplinarité en associant à la tradition clinique, les apports de la biologie, de la technologie, d’une chirurgie audacieuse, sans oublier les aspects psychologiques, très particuliers, de l’enfance à l’adolescence. Ainsi est née, avant même la guerre de 1939, une nouvelle spécialité médicale issue de la conjugaison de plusieurs disciplines adaptées à un âge particulier.

Doué d’un grand sens de l’organisation et visionnaire, il a impulsé la réforme de la médecine. Les ordonnances de 1958 fondatrices des C.H. et U. portent désormais usuellement son nom. Ces textes sont à l’origine de l’association étroite des hôpitaux et universités sous la forme de Centres Hospitaliers et Universitaires. Ils définissent également leurs trois missions : soins, enseignement et recherche. Enfin, il crée les statuts « temps plein » des professeurs hospitalo-universitaires.

Lors de cette cérémonie plusieurs personnalités prendront la parole :

Hommage à mon père par Claude MONOD-BROCA
Claude MONOD-BROCA a esquissera un portait de son père, chez lui, à Paris ou en Touraine, en dehors de l’Hôpital et des commissions.

Constitution des C.H.U. par Jean DAUSSET, lu par Jacques-Louis BINET
Initiation, conception, mise en application : Jean Dausset rappelle les trois premières phases de la réforme de la médecine, dont il fut un des premiers acteurs, puis en décembre 1956 la création d’un « comité interministériel d’étude des problèmes de l’enseignement médical , de la structure hospitalière et de l’action sanitaire et sociale »,que présidera Robert Debré. L’ordonnance est signée, le 30 décembre 1958, dernier jour des pleins pouvoirs du Général de Gaulle.

Conditions de réussite d’une grande réforme : la création des C.H.U. par Gérard MILHAUD.
Gérard MILHAUD souligne le rôle joué par Jacques NARBONNE , conseiller du Général de GAULLE, de 1958 à 1968 pour l’application de ces ordonnances et témoigne de la naissance du premier C.H.U à l’hôpital Saint-Antoine inauguré par le Général de Gaulle en mai 1966.

Avant et après la création des C.H.U. par Gabriel RICHET.
Gabriel Richet analyse l’apport scientifique et les nouvelles perspectives qu’ont permis le temps plein hospitalier, la rencontre, en un même lieu, des médecins et des chercheurs, le renouveau de l’enseignement qu’ont connu certains C.H.U.

Les C.H.U. en province par Guy LAZORTHES.
Guy LAZORTHES, neuro-chirurgien, ancien Doyen de la Faculté de médecine de Toulouse, fut aussi membre du comité interministériel. Il insiste sur les difficultés de faire admettre, dans les régions le temps plein et les résistances de certains professeurs de science fondamentale pour quitter les anciennes facultés et installer leurs laboratoires à l’hôpital.

L’apport des C.H.U. à ma génération de pédiatres par Jean REY.
Un des premiers « nommés » aux agrégations « temps-plein », Jean REY n’a pas oublié tout le profit qu’il en a tiré et, comme toute sa génération, souligne l’intérêt de mener, dans une même équipe, dans une même spécialité, la triple activité de soins, de recherche et d’enseignement, même, si, aujourd’hui, la coordination de ces trois fonctions reste difficile.

Cinquante ans de C.H.U. à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris par Benoît LECLERCQ.
Le Directeur Général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, qui a suggéré cette manifestation à l’Académie, évoquera ce qu’a été pendant 50 ans pour l’AP-HP son fonctionnement sous forme de C. H. et U.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.