Hôpital Pierre-Paul Riquet : 2 000 hospitaliers prennent possession des nouveaux locaux

Il aura fallu un peu moins de deux mois aux 2 000 professionnels exerçant sur les sites de Purpan et de Rangueil pour emménager dans le nouvel hôpital Pierre-Paul Riquet du CHU de Toulouse. Une opération d’envergure achevée avec succès le 23 mai 2014.

Il aura fallu un peu moins de deux mois aux 2 000 professionnels exerçant sur les sites de Purpan et de Rangueil pour emménager dans le nouvel hôpital Pierre-Paul Riquet du CHU de Toulouse. Une opération d’envergure achevée avec succès le 23 mai 2014. Le transfert a concerné l’ensemble des équipes des spécialités médicales constituant respectivement les Pôles Céphalique, Neurosciences, Institut Locomoteur ainsi que l’unité pédiatrique neuro-céphalique et le plateau technique (blocs opératoires, réanimation, imagerie). Les premiers patients étaient accueillis dès le 7 avril 2014.
D’une ampleur et d’une complexité exceptionnelle, ce déménagement, étendu sur 8 semaines, a concerné 2 000 personnes a fait l’objet d’une préparation et d’une organisation minutieuses, amorcées il y a plus de deux ans.
Un accompagnement quotidien des personnels, 1 2000 m3 de volumétrie transférée
Une phase préparatoire de plus de 48 mois a permis d’anticiper toutes les étapes du transfert et d’ajuster le phasage au plus près des besoins des unités médicales. « L’hôpital Pierre-Paul Riquet est, de bout en bout, le fruit d’un véritable travail collectif.», explique Jacques Léglise, directeur général du CHU. « D’entrée, nous nous sommes attachés à associer les personnels à la réflexion sur les caractéristiques et les fonctionnalités des nouvelles installations. Du simple plateau technique, le projet initial a ainsi évolué vers un hôpital de Grande envergure, doté d’une capacité d’hospitalisation de 600 patients et de 900 consultations par jour.»

Clé de la réussite : la participation des équipes de la conception du bâtiment à la prise de possession des locaux 
Communications, réunions avec les instances internes, 24 groupes de travail thématiques… la concertation a couvert l’ensemble des dimensions du projet hospitalier : parcours patients, élaboration, définition et arbitrage sur les plans d’équipements, logistique…
Pour familiariser les professionnels avec leur nouvel environnement de travail des visites ont été programmées en cours d’aménagement. Plus de 150 personnels ont participé à des simulations sur toutes les spécialités abritées par Pierre-Paul Riquet». Et début avril 2014, 1 500 toulousains découvraient le nouvel édifice à l’occasion de la journée portes ouvertes.
Chaque unité a bénéficié d’un accompagnement rapproché grâce à la mise en place d’une hotline reliée au pôle «Ressources matérielles» du CHU. Des réunions de suivi quotidiennes ont permis de répondre aux questions et besoins des personnels arrivant sur les lieux. Une synergie et un accompagnement des équipes qui ont grandement facilité la mise en œuvre du déménagement. Au terme de 8 semaines au cours desquelles plus de 150 patients hospitalisés ont rejoint l’hôpital Pierre-Paul Riquet et près de 12 000 m3 de matériels ont été transférés, le déménagement est désormais achevé avec trois jours d’avance sur le calendrier prévisionnel.

« Avec l’hôpital Pierre-Paul Riquet, le site de Purpan amorce une étape essentielle de sa modernisation », salue Jacques Léglise
. « Permettre que le « prendre soin » puisse se réaliser dans les meilleures conditions, à la fois pour nos patients et pour les professionnels hospitaliers, a été le fil rouge de nos efforts, menés en continu depuis plus de deux ans. Le succès de ce déménagement, nous le devons à toutes nos équipes, qui, grâce à leur engagement et à leur professionnalisme, ont contribué à faire de Pierre-Paul Riquet ce magnifique hôpital aux conditions d’accueil exceptionnelles».
Au-delà de cette phase de déménagement maintenant achevée, cette aventure humaine et professionnelle va se déployer dans la durée. Les nouvelles organisations de l’hôpital Pierre-Paul Riquet rentrent dans une phase d’évaluation, et des ajustements interviendront vraisemblablement dans les semaines et mois à venir comme c’est toujours le cas dans ce type d’opération. Une fois cette période de « rodage » et de stabilisation terminée vers la fin de l’année, ce nouvel hôpital permettra aux personnels de travailler dans les meilleures conditions pour apporter aux patients de Midi-Pyrénées une qualité de soins encore améliorée et des conditions d’accueil sans comparaison dans la région.
Les chiffres clés du déménagement
•17 000 cartons,
•750 camions,
•1 000 journées hommes, soit 25 équipiers par jour pendant 40 jours environ,
•12 000 m3 de matériels déménagés : de 250 m3 minimum à 850 m3 maximum par jour, •Plus de 150 patients transférés, dont 12 par le SAMU 31
L’hôpital Pierre-Paul Riquet données repères
•85 000 m2,
•2000 personnels,
•600 lits et places,
•25 salles d’opérations,
•3 pôles cliniques : Céphalique, Neurosciences et Institut Locomoteur,
•1 centre d’enseignement et de congrès avec un grand amphithéâtre de 345 places,
•5 ans de travaux pour un coût de 328 millions d’euros,
•40 millions d’euros d’équipements dont
   – 19 millions d’euros pour le matériel biomédical, 
   – 8 millions d’euros pour l’informatique, 
   – 11 millions d’euros pour l’équipement hôtelier et logistique.

Sur le même sujet
Pierre-Paul Riquet, l’hôpital universitaire du XXIème siècle en avant-première

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.