L'Hôpital se bat pour la vie En Picardie, la dépendance tabagique figure parmi les principaux problèmes de santé publique c'est pourquoi lundi 10 décembre 2001, le Président du Conseil d'Administration, le Président de la Commission Médicale d'Etablissement et le Directeur Général du Centre Hospitalier Universitaire d'Amiens ont organisé une journée de conférences, afin de sensibiliser le personnel de l'établissement.

En 2000, le CHRU d’Amiens d’adhérait au réseau HOPITAL SANS TABAC et un comité de prévention du tabagisme était constitué avec pour objectif :

– l’aide à l’arrêt du tabac pour les patients et le personnel
– une politique de communication et de sensibilisation qui s’appuiera notamment sur la diffusion de notes de service, la publication d’informations dans le journal interne, l’aménagement d’une signalétique et la création d’un site internet.
– l’état des lieux du tabagisme au CHU d’Amiens comprenant l’élaboration annuelle d’un questionnaire « baromètre ».

Le tabagisme au CHU d’Amiens

En mars 2001 le Comité de prévention du tabagisme a adressé un questionnaire à l’ensemble du personnel du CHU et aux étudiants de ses écoles.

Sur les 6 030 questionnaires envoyés, 1 650 ont été retournés ce qui correspond à un taux de retour de 27,4%. L’analyse des réponses a fourni un certain nombre d’informations sur les habitudes et les attentes du personnel :
– Il y a en moyenne plus d’hommes fumeurs que de femmes quelle que soit la catégorie d’âge .
– Les étudiants représentent 15,3% des répondants et il apparaît que la plus grande majorité des fumeurs se trouve dans la catégorie des moins de 25 ans (37,4%).
– La majorité des fumeurs fume tous les jours mais le cigare et la pipe restent occasionnels. On note que 8,8% des fumeurs fument plus de 20 cigarettes par jour.
– La majorité des répondants ont remarqué que les sigles « Hôpital sans tabac » et « Interdiction de fumer » sont trop peu présents dans l’enceinte des établissements.
– La plupart des personnes souhaite la création de pièces « fumeurs » et « non fumeurs ».
– La majorité des répondants pense qu’il faudrait diffuser plus d’informations sur les effets et les risques du tabac.
– 80% du personnel ayant répondu, en particulier le personnel médical (88,3%) et des services de soins (83,5%), estime avoir un rôle en matière de lutte contre le tabac.

La politique d’aide à l’arrêt

Le CHU d’Amiens ne pouvait engager une politique de lutte contre le tabac sans offrir au personnel et aux patients une aide à l’arrêt de sa consommation. Un objectif qui figure d’ailleurs dans le projet social.

Deux structures offrent leurs compétences : la consultation de pneumologie et le pôle de prévention et d’éducation du patient prochainement installé au centre-ville.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.