Hôpitaux86 : le 1er portail de partage de données au sein d’un GHT

La Vienne et Poitiers précurseurs ! le CHU de Poitiers et le groupe hospitalier Nord-Vienne (Châtellerault) lancent « Hôpitaux86 », la première expérience nationale de partage de données. Ce portail, d’abord déployé au sein du groupement hospitalier de territoire (GHT) de la Vienne, s’ouvrira aux praticiens de ville, aux patients eux-mêmes et à tous les professionnels intervenant dans le parcours de santé. Explications… référencie
La Vienne et Poitiers précurseurs ! le CHU de Poitiers et le groupe hospitalier Nord-Vienne (Châtellerault) lancent « Hôpitaux86 », la première expérience nationale de partage de données. Ce portail, d’abord déployé au sein du groupement hospitalier de territoire (GHT) de la Vienne, s’ouvrira aux praticiens de ville, aux patients eux-mêmes et à tous les professionnels intervenant dans le parcours de santé. Explications…
Pour faire vivre le projet médical partagé au sein du GHT et garantir une coordination optimale, le partage des données médicales des patients s’impose entre établissements et aussi entre médecins hospitaliers et médecins traitants. En effet, la sécurité et la fluidité des communications et des parcours de patients, l’efficience des organisations passe par la création d’un portail d’échange de référentiels et de données médicales. Développée en avant-première entre le CHU de Poitiers et le CHU de Poitiers et le groupe hospitalier Nord-Vienne, cette plateforme abrite d’ores et déjà les dossiers de plus de 400 000 patients et référencie plus de 31 000 médecins.
Dans un premier temps les échanges se feront entre les deux établissements puis le portail s’ouvrira progressivement aux médecins de ville – avec l’accord du patient, ensuite aux patients eux-mêmes et enfin aux pharmaciens et aux professionnels paramédicaux (infirmiers, kinés…) intervenant dans sa prise en charge – l’accès de ces derniers sera également soumis à l’autorisation du patient. 

Les fonctionnalités sécurisées de la plateforme

1. Gérer l’identité du patient au niveau du groupement hospitalier de territoire 
De façon non intrusive, sans remettre en cause le système d’information de chaque établissement, le portail offre des garanties en matière de vérification d’identité et de sécurité des accès, préalables indispensables à la mise en œuvre. Ainsi, le portail fédère les identités du territoire (rapprochement, identitovigilance de territoire) ; centralise les annuaires référentiels (structures et professionnels intra et extrahospitaliers) ; organise l’unicité de l’authentification et administre l’annuaire de sécurité (comptes et profils utilisateurs, domaines et applications autorisés). 
Le groupement hospitalier de territoire de la Vienne a été désigné comme site pilote par l’Agence régio-nale de santé Nouvelle-Aquitaine sur la partie relative à l’identité du patient, avant élargissement à l’ensemble de la région. 
2. Partager les données médicales entre CHU et groupe hospitalier nord-vienne 
Un espace inter-hospitalier dédié aux professionnels des deux établissements de santé est créé. Le portail permet dès aujourd’hui aux médecins du CHU et du groupe hospitalier Nord-Vienne de partager des informations médicales contenues dans le dossier patient de chaque structure. Ce portail est au service d’un projet médical de territoire et d’équipes médicales qui travaillent de plus en plus en commun, voire qui s’unifient à l’exemple des urgences.
3. Ouvrir les hôpitaux à la médecine de ville 
Un espace dédié est réservé aux professionnels libéraux. Il offre plusieurs fonctionnalités qui permettent de renforcer la collaboration entre les professionnels de santé de ville et ceux de l’hôpital. Les médecins de ville peuvent ainsi avoir accès directement aux dossiers de leurs patients, à condition que le patient l’ait expressément autorisé. Après s’être identifié, le médecin se connecte, depuis son cabinet, aux comptes rendus de consultation, aux comptes rendus opératoires, aux comptes rendus d’imagerie, avec l’image elle-même, aux résultats de laboratoires, à la lettre de sortie… Dans un second temps, la plateforme s’ouvrira aux pharmaciens et aux professions paramédicales. 
4. Ouvrir les hôpitaux aux patients 
Une fois l’ouverture à la ville effectuée, il est prévu, à compter de septembre 2018, que le portail soit aussi accessible aux patients pour qu’ils consultent leurs données de santé et restent en contact permanent avec l’établissement. Les patients disposeront des mêmes données que leur médecin traitant, mais certains diagnostics ne seront accessibles qu’après la consultation avec ce dernier.
L’accès au portail, que l’on soit médecin de ville ou patient, ne suppose pas d’installation particulière. Il faut simplement disposer d’un ordinateur classique et d’une connexion internet. L’accès est cependant sécurisé pour vérifier que le médecin a bien été habilité par son patient pour accéder aux données le concernant, ou que le patient qui se connectera demain est bien le patient concerné. 
Retour sur une expérimentation inspirant déjà d’autres hôpitaux
En 2017, l’Assurance maladie, le conseil de l’Ordre, des représentants de la médecine de ville, des représentants de patients, le CHU de Poitiers et le groupe hospitalier Nord-Vienne (Châtellerault) ont participé au développement et à la mise en œuvre du projet. Désormais opérationnelle, cette initiative inspire déjà d’autres régions comme les Hauts-de-France. 

Le portail hôpitaux86 en quelques chiffres : 

420 500 patients dans la base,
31 380 médecins référencés,
3 500 documents déposés/jours,
290 000 documents visualisables. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.