Hôpitaux publics : près d’1 milliard d’euros économisés en 2014

"1 milliard d'euros économisés pour la solidarité nationale mais 247 millions d'euros de déficit pour les hôpitaux" selon la Fédération Hospitalière de France. Voici les chiffres clés qui ressortent de l'enquête financière pour l’exercice budgétaire 2014 pour l’hospitalisation publique conduite par la FHF. Des chiffres qui ne peuvent se passer de commentaires. La FHF démontre que les déficits ne sont pas imputables à une mauvaise gestion mais au choix délibéré des pouvoirs publics.
"1 milliard d’euros économisés pour la solidarité nationale mais 247 millions d’euros de déficit pour les hôpitaux" selon la Fédération Hospitalière de France. Voici les chiffres clés qui ressortent de l’enquête financière pour l’exercice budgétaire 2014 pour l’hospitalisation publique conduite par la FHF. Des chiffres qui ne peuvent se passer de commentaires. La FHF démontre que les déficits ne sont pas imputables à une mauvaise gestion mais au choix délibéré des pouvoirs publics. 

Si les hôpitaux qui ont enregistré une activité soutenue, n’ont pas réussi à équilibrer leur budget c’est du côté de l’écart entre l’évolution naturelle des dépenses (3,6%) et celle des recettes (ONDAM) réellement perçues (1,7%) qu’il faut chercher. "Si les crédits de l’ONDAM votés par le Parlement, sur proposition du Gouvernement, avaient été entièrement distribués, les hôpitaux auraient atteint l’équilibre". précise la FHF dans un communiqué en date du 10 juillet 2015. Pour combler cet écart, les équipes ont fait preuve "de performances budgétaire et économique (productivité) "remarquables". "Le gain est estimé en effet à près de 1 milliard d’euros ! Soit autant d’économie pour la solidarité nationale." souligne la FHF

L’estimation fait apparaître un déficit global de 247 millions d’euros en tenant compte des recettes provenant notamment des cessions immobilières, soit  0,35 % des dépenses globales des hôpitaux publics, et de 400 millions hors cessions d’actifs. 
La FHF salue la performance des professionnels, mais cette politique a une limite. Elle privilégie le court terme au long terme ! Les hôpitaux publics ont vu leur capacité nette d’autofinancement chuter globalement de 5,9% et les CHU de 10,7%. En outre les emprunts ont diminué de 26% et l’investissement réel des établissements a baissé de 14%.  
La FHF estime que les Pouvoirs Publics ont mis sciemment les hôpitaux en déficit en 2014.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.