Hospilike 2016 : la relation médecin-patient à l’heure du Web 2.0

En France, plus d’un internaute sur deux consulte le web pour obtenir des informations en santé, 30 millions conversent sur Facebook et 2,3 millions sur Twitter. Quelles requêtes formulent les personnes malades et leurs proches ? Quelles conversations se nouent entre patients et médecins ? Ces questions seront au cœur des 2èmes Hospilike organisées à Angers, le 24 novembre 2016 sur le site de Terra Botanica.
En France, plus d’un internaute sur deux consulte le web pour obtenir des informations en santé, 30 millions conversent sur Facebook et 2,3 millions sur Twitter. Quelles requêtes formulent les personnes malades et leurs proches ? Quelles conversations se nouent entre patients et médecins ? Ces questions seront au cœur des 2èmes Hospilike organisées à Angers, le 24 novembre 2016 sur le site de Terra Botanica.
Cette année, l’événement dédié l’usage des réseaux sociaux dans le secteur hospitalier placera au centre des débats la relation patient/soignant. Ces Hospilike 2016 seront aussi l’occasion de rencontres et d’échanges entre patients, professionnels de la santé et de la communication. Un enjeu important parce que «   le domaine des réseaux sociaux est encore dans ses premières années hospitalières. A ce titre, nous avons tous à nous enrichir des expériences de nos collègues comme des expertises extra-hospitalières », souligne Yann Bubien, directeur général du CHU d’Angers, initiateur de l’événement.  Néophyte, lead user ou expert, chacun y trouvera ainsi matière à apprendre, comparer, progresser au cours des conférences ou des ateliers pratiques.
 « La place des réseaux sociaux dans le dialogue singulier entre le patient et son praticien » ouvrira la réflexion, dans le cadre d’une présentation animée par Christine Balagué vice-présidente du Conseil national numérique et titulaire de la chaire Réseaux Sociaux et Objets Connectés à l’Institut Mines-Télécom-Telecom Ecole de Management. Une conférence consacrée à la question d’« être un e-patient » livrera l’expérience de Muriel Londres alias e-patiente @MissLondres, community manager de l’association Vivre-Sans-Thyroïde et coordinatrice adjointe du collectif [im]Patients Chroniques & Associés, et de Fabienne Ragain-Gire, présidente de l’Association française des femmes diabétiques (AFFD).

Les « médecins connectés » seront également à l’honneur d’une conférence animée par le Dr Gérard Calzada , chef de clinique  des Hôpitaux universitaires de Genève et le Dr Safia Slimani, médecin généraliste et co-fondatrice du réseau social MedPics

Les Hospilikes ouvriront aussi une fenêtre sur les expériences extra-hospitalières, relayées par les spécialistes des réseaux sociaux François Bitouzet, directeur de la communication et des marques voyages-sncf.fr ou encore Emmanuelle Pierga d’Orange Healthcare. Dans le cadre d’ateliers, une « initiation aux réseaux sociaux » sera du reste proposée par Vincent Chavinier responsable de l’Agence 404 Angers, et une présentation des « outils pour la veille et l’animation des communautés » par Mickaël Rivière, conseiller numérique à la CCI de Maine-et-Loire. Marie-Pierre L’hopitalier, avocate du groupe Parthema, spécialisée en droit de la propriété intellectuelle, droit informatique et nouvelles technologies s’exprimera quant à elle sur le droit à l’image. 

A l’issue de la rencontre et pour anticiper le monde numérique de demain, les congressistes seront invités à découvrir la Cité des objets, lieu emblématique du vivier d’innovation angevin, labellisé #FrenchTech. Cette visite se prolongera avec le congrès médical Sciences et santé connectées (S²CA), organisé le lendemain par l’Université et le CHU d’Angers. Après le patient connecté abordé dans sa dimension relationnelle aux Hospilike, S²CA s’intéressera au patient connecté d’un point de vue médical.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.