Hospilike 2016 : médecins/patients sur le nouvel espace de dialogue des réseaux sociaux

En France, plus d’un internaute sur deux consulte le web pour obtenir des informations en santé, 30 millions conversent sur Facebook et 2,3 millions sur Twitter. Quelles requêtes formulent les personnes malades et leurs proches ? Quelles conversations se nouent entre patients et médecins ? Ces questions seront au cœur des 2èmes Hosplike organisées à Angers, le 24 novembre 2016 sur le site de Terra Botanica.
En France, plus d’un internaute sur deux consulte le web pour obtenir des informations en santé, 30 millions conversent sur Facebook et 2,3 millions sur Twitter. Quelles requêtes formulent les personnes malades et leurs proches ? Quelles conversations se nouent entre patients et médecins ? Ces questions seront au cœur des 2èmes Hosplike organisées à Angers, le 24 novembre 2016 sur le site de Terra Botanica. 

Après le succès d’une première édition qui a posé un regard global sur l’usage des réseaux sociaux dans le secteur hospitalier, les Hospilike 2016 approfondissent la réflexion et s’intéressent à l’impact des outils 2.0 sur la relation patient/médecin.

Demande de conseils, recherche de professionnels, échanges d’informations entre pairs… Pour saisir les enjeux du dialogue ininterrompu instauré sur les réseaux sociaux, les Hospilike conférences réuniront des professionnels du secteur de la santé, de la communication et des e-patients. 
Parmi les experts, Christine Balagué, titulaire de la Chaire réseaux sociaux à l’Institut Mines-Telecom, Muriel Londres alias la e-patiente @MissLondres, Safia Slimani médecin généraliste et co-fondatrice du réseau social MedPics. Les Hospilikes ouvrent aussi une fenêtre sur les expériences extra-hospitalières, des spécialistes des réseaux sociaux interviendront, François Bitouzet, directeur de la communication et des marques voyages-sncf.fr ou encore Emmanuelle Pierga d’Orange Healthcare.

Cette deuxième édition des Hospilike est organisée à l’attention du personnel médical, soignant ou administratif et des professionnels de la communication du secteur de la santé. Néophyte, lead user ou expert, chacun trouvera matière à apprendre, comparer, progresser au cours des conférences ou des ateliers pratiques.
A l’issue de la rencontre et pour anticiper le monde numérique de demain, les congressistes seront invités à découvrir la Cité des objets, lieu emblématique du vivier d’innovation angevin est labellisé #FrenchTech. Cette visite se prolongera avec le congrès médical Sciences et santé connectées (S²CA), organisé le lendemain par l’Université et le CHU d’Angers. Après le patient connecté abordé dans sa dimension relationnelle aux Hospilike, S²CA s’intéressera au patient connecté d’un point de vue médical.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.