HospiLike : l’e-hôpital sur les réseaux sociaux

Phénomène de mode ou souci d'instaurer une nouvelle proximité avec les équipes et les patients ? Une cinquantaine d'hôpitaux sont présents sur les réseaux sociaux*. Que retirent-ils de cette nouvelle visibilité ? Leurs pages sont-elles fréquentées et par qui ? Et pour ceux qui veulent se lancer, quel réseau choisir ? Facebook ? Twitter ? Comment gérer la charge de travail ? Quels sont les risques encourus ? ... Questions au cœur des 1res HospiLike conférences, organisées par le CHU d'Angers, jeudi 11 décembre 2014 au Centre de congrès d'Angers.

Phénomène de mode ou souci d’instaurer une nouvelle proximité avec les équipes et les patients  ? Une cinquantaine d’hôpitaux sont présents sur les réseaux sociaux*.  Que retirent-ils de cette nouvelle visibilité ? Leurs pages sont-elles fréquentées et par qui ? Et pour ceux qui veulent se lancer, quel réseau choisir ? Facebook ? Twitter ? Comment gérer la charge de travail ? Quels sont les risques encourus ? … Questions au cœur des 1res HospiLike conférences, organisées par le CHU d’Angers,  jeudi 11 décembre 2014 au Centre de congrès d’Angers.
L’établissement angevin invite hospitaliers et communicants à s’interroger ensemble sur la pratique émergente des réseaux sociaux. Régulièrement sollicité par d’autres établissements, le CHU propose à tous les professionnels engagés sur le web ou souhaitant investir la toile un temps de rencontre autour d’experts du monde de la santé, de la communication numérique et de la presse. A ce titre, d’autres établissements de santé très actifs sur les réseaux sociaux (Hôpital Necker, CHU de Rouen, CH de Compiègne) interviendront. En introduction à cette journée, @Yannleroux, psychologue clinicien et psychanalyste spécialiste des réseaux sociaux confrontera les enjeux  de ces nouveaux médias au regard des pratiques traditionnelles de communication.
Des experts prendront la parole et animeront des ateliers sur l’e-reputation, le badbuzz, les communautés en lignes, les bonnes pratiques sur la toile, les techniques d’animation d’une communauté en ligne ou…
Le CHU d’Angers a également convié des communicants web très présents et suivis sur les réseaux (@PatriceHillaire, community manager de La Poste, Marion MacGuiness aka la blogueuse @maxibestofmacmam, Ouest France avec la présence  d’un journaliste multimédia), ainsi que des experts des pratiques de l’environnement numérique avec, notamment un juriste de la @FondationMACSF ; fondation qui accompagne le CHU dans l’organisation de cette journée.

Télécharger le programme
Inscriptions : www.hospilike.fr
* href= »http://buzz-esante.com/2014/06/27/infographie-lhopital-2-0-passe-par-les-reseaux-sociaux/ » target= »_blank »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.