HospiTV.com : La 1ère chaîne de télévision hospitalière en ligne

Le Magazine Hospitalier va surprendre ses lecteurs par sa nouvelle forme ! En cliquant sur www.hospitv.com, ils découvriront les temps forts de la profession en images et en reportages vidéo dans des JT 100% hospitaliers et 100 % numériques.

Le Magazine Hospitalier va surprendre ses lecteurs par sa nouvelle forme ! En cliquant sur http://www.hospitv.com, ils découvriront les temps forts de la profession en images et en reportages vidéo dans des JT 100% hospitaliers et 100 % numériques.

A la tête de la web TV, le tandem Charles Cardine, éditeur et François-Arnaud Casalis, directeur de la rédaction. Tous deux partagent la passion de l’information hospitalière et manifestent un même engouement pour les diffusions originales. Souvenez-vous, en 2007 leur magazine avait été un des premiers trimestriels spécialisés sur l’hôpital à être distribué en kiosque. Aujourd’hui, ils répondent aux questions de RESEAU CHU.

Réseau CHU : La télévision hospitalière avait déjà son festival*, il lui manquait sa chaîne en ligne. L’idée était dans l’air depuis quelques années, pourquoi avoir sauté le pas en ce mois de mai 2009 ?

Charles Cardine : L’hôpital se modernise à une cadence accélérée. Il devient donc nécessaire d’informer en temps réel les hospitaliers de cette évolution tant technologique que structurelle. La déclinaison WEB TV du Magazine Hospitalier apparaît tout naturellement comme la réponse la plus appropriée à cette évolution.

François-Arnaud Casalis : Le média audiovisuel permet d’humaniser l’information proposée aux professionnels du monde hospitalier et de la rendre plus vivante. Internet permet une souplesse d’utilisation et une réactivité sans commune mesure avec les autres supports. L’alliance des deux techniques donne vie à un média original et dynamique à même de répondre aux attentes des professionnels de la santé en France.

RCHU : Quelle est votre ligne éditoriale et la périodicité des reportages ?

FAC : Hospi TV décline deux formats d’information. D’une part, l’actualité « chaude », celle du temps présent, c’est-à-dire les événements qui rythment la vie des hospitaliers du secteur public mais aussi du secteur privé et privé non lucratif. Nous appuyons sur l’actualité médicale, l’actualité sanitaire et l’actualité proprement hospitalière pour proposer des reportages au format 1 minute 30, mis en ligne en flux tendus puis regroupés dans une édition hebdomadaire.

D’autre part, Hospi TV propose des reportages de 3 minutes de fond sur des thématiques hospitalières (médecine, chirurgie, pharmacie, stérilisation, hygiène, TIC, …) réalisés dans des établissements de santé. Nous proposons entre 2 et 4 reportages de ce type par semaine.

Nous mettons bien évidement l’accent sur les CHU et CHR de France, où nous pouvons réaliser des reportages de grande qualité grâce au fait que ces établissements sont à la pointe de l’innovation médicale, managériale et sur les « fonctions supports » comme l’informatique ou la logistique dans son ensemble.

Les premiers reportages ont pour titre : Cryothérapie, Dématérialisation des dossiers patients, Désinfection d’endoscopes, Diagnostiquer les AVC à distance, Eric Martin-président de l’association H 360, Mise en securite incendie, Plateforme d’expertise radiologique, Première greffe de cornée artificielle, Transport pneumatique de prélèvement, Transports lourds automatisés…

RCHU : Votre équipe s’est étoffée. Quels sont les nouveaux membres ?

CC : En effet, nous ont rejoint Florence Roque, rédactrice en chef (après avoir été journaliste à LCI elle a travaillé au service de la communication de la FEHAP), Etty Abergel et Anaëlle Blanchard toutes deux journalistes reporter d’images ainsi que Wolfgang Wartelle en qualité de chef de projet multimédia.

L’équipe dirigeante d’HospiTV interviewée par le journaliste Georges Mattera. De gauche à droite Mr Charles Cardine, directeur général, Mme Florence Roque, rédactrice en chef et François-Arnaud Casalis, directeur des rédactions.RCHU : Créer une chaîne coûte cher même sur le web. Quel business plan avez-vous adopté et quel développement envisagez-vous ? Y aura-t-il de la publicité ? Dans quelle proportion ?CC : Nous bénéficions d’un partenariat avec une chaîne régionale et d’un financement propre de 400 000 €. Le revenu au titre de la publicité est assuré par des bannières publicitaires.RCHU : Et si les communicants souhaitent adresser une information à HospiTV qui doivent-ils contacter ? FAC : Pour l’heure, ils doivent s’adresser à la Rédaction d’Hospi TV et du Magazine Hospitalier, l’adresse reste la même : href= »mailto:redaction@magazine-hospitalier.com », Tél : 01 41 79 78 50. * festival de la télévision hospitalière organisé chaque année à Marseille

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.