HÔTEL-DIEU / ÎLE DE NANTES : Projet médical et scientifique

Afin d'accompagner le développement de ses activités, l'arrivée de nouvelles équipes de recherche et le dynamisme démographique de l'agglomération nantaise, le Centre hospitalier universitaire de Nantes a engagé un ambitieux schéma directeur général à 15 ans sur la période 2003-2018.

Afin d’accompagner le développement de ses activités, l’arrivée de nouvelles équipes de recherche et le dynamisme démographique de l’agglomération nantaise, le Centre hospitalier universitaire de Nantes a engagé un ambitieux schéma directeur général à 15 ans sur la période 2003-2018.

Ce schéma directeur repose sur la réalisation d’un campus hospitalo-universitaire en plein centre ville, entre l’Hôtel-Dieu, l’hôpital Saint-Jacques et de nouvelles implantations situées sur l’Île de Nantes, concentrant toutes les activités de court séjour, fortement dépendantes des urgences et du plateau médico-technique et nécessitant une bonne proximité avec les laboratoires de recherche.

Ce projet s’appuie sur l’opportunité offerte par le plan d’urbanisation de la ville de Nantes qui déploie un grand projet de développement urbain sur l’Île de Nantes, à l’emplacement des friches industrielles des anciens chantiers navals.

Le 26 juin 2006, le conseil d’administration du CHU de Nantes a décidé d’engager les opérations de construction du projet « Île de Nantes » sous forme de bail emphytéotique, ce qui permettra de confier la conception, la construction, l’aménagement et la maintenance des bâtiments à un groupement de partenaires.

Les nouveaux bâtiments qui devraient être mis en service en 2013 accueilleront les deux premiers instituts du CHU (thorax et ITERT*-urologie-néphrologie), le plateau technique correspondant, le plateau de biologie du CHU et l’Institut de recherche thérapeutique n°2.

Il s’agit d’un projet phare pour l’ensemble hospitalo-universitaire nantais qui, dans sa première phase, va regrouper sur l’Île de Nantes plus de 200 personnels de recherche, 90 médecins et 800 personnels non médicaux. Il préfigure l’organisation future du CHU de Nantes et affiche clairement ses ambitions européennes et sa volonté de devenir le CHU de référence du grand Ouest.

*institut de transplantation et de recherche en transplantation

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.