Hôtel-Dieu : plus d’urgences mais des consultations 24h/24 sans rendez-vous

Consultations sans rendez-vous 24h/24 assurées par une maison de santé pluridisciplinaire vouée aux soins primaires de proximité, consultations spécialisées sur rendez-vous, service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) 24h/24, centre de prévention, de dépistage et d’information en santé, maintien des activités médico-judiciaires mais plus de service d’urgences … Ainsi se présente la nouvelle offre de soins de l’Hôtel-Dieu – un "hôpital debout" sans lit d’hospitalisation. Un choix assumé par la direction générale et par la commission médicale d'établissement.

Consultations sans rendez-vous 24h/24 assurées par une maison de santé pluridisciplinaire vouée aux soins primaires de proximité, consultations spécialisées sur rendez-vous, service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) 24h/24, centre de prévention, de dépistage et d’information en santé, maintien des activités médico-judiciaires mais plus de service d’urgences … Ainsi se présente la nouvelle offre de soins de l’Hôtel-Dieu – un "hôpital debout" sans lit d’hospitalisation. Un choix assumé par la direction générale dans un communiqué le 14 mai 2013 et par la commission médicale d’établissement (CME) qui expliquait le 16 mai les motifs de son vote en faveur de la fermeture (55 voix pour, 2 contre, 3 blancs et 1 nul).
Constatant que les services d’hospitalisation de l’Hôtel-Dieu, et notamment la chirurgie générale, la réanimation et la médecine interne seront transférés d’ici à la fin de l’année 2013, la CME – par la voix de son président, le Pr Pr Loïc Capron– reconnait que l’établissement ne pourra plus assurer la sécurité continue de tous les soins sur place. C’est pourquoi elle préconise la fermeture progressive du service d’accueil des urgences (SAU) de l’Hôtel-Dieu. Celui-ci doit cesser son activité le 4 novembre 2013 ; une décision qui s’accompagne d’un renforcement des moyens des services d’urgence parisiens les plus proches (Cochin, Pitié-Salpêtrière, Saint-Antoine, Saint-Louis et Lariboisière).
Cette décision a soulevé une forte mobilisation des personnels.
L’Hôtel-Dieu reconverti en hôpital de santé publique
Une équipe médico-administrative accompagnée par un représentant des universités et un représentant des usagers va être constituée autour de Sophie Albert, directrice du projet Hôtel-Dieu, et des Prs Fagon et Lombrail, chefs de projets des volets soin et recherche. Sa mission : donner corps au projet d’hôpital universitaire de santé publique proposé dans le rapport de préfiguration. Sa mise en œuvre intégrera également le volet recherche en santé publique du rapport de préfiguration.
L’équipe projet est chargée de :
– la description des activités et de leur volumétrie prévisionnelle, prenant en compte la permanence des soins ;
– l’organisation des activités ;
– la composition des équipes médicales et non médicales ;
– la proposition d’un modèle de fonctionnement économique et juridique ;
– l’intégration systématique des aspects recherche, sécurité des soins, optimisation des parcours de santé, partenariat avec les usagers.
L’objectif principal est de répondre aux besoins de la population du centre de Paris. Cette offre de soins au tarif de la sécurité sociale a été pensée en lien avec la médecine de ville dans une logique de parcours de soins. Les parisiens pourront ainsi bénéficier de consultations sans rendez-vous 24h/24, de consultations spécialisées sur rendez-vous ainsi que d’un grand centre de prévention, de dépistage et d’information en santé.
Un dispositif d’accompagnement des personnels travaillant actuellement à l’Hôtel-Dieu, sera également présenté aux instances locales et centrales. Ce dispositif d’accompagnement des mobilités permet à chaque professionnel de poursuivre son activité en fonction de ses compétences et de ses aspirations. Un  point essentiel pour la CME qui insiste sur la nécessité absolue d’informer les personnels de l’Hôtel-Dieu des options en débat, en engageant avec chacun une concertation sur son avenir professionnel.
L’instance sollicite également des décisions rapides sur l’avenir des structures qui ne sont pas incluses dans le programme de transfert des activités de l’Hôtel-Dieu, à savoir l’unité médico-judiciaire, le service de psychiatrie et la salle Cusco (hospitalisation de patients gardés à vue), en garantissant la continuité de leurs missions dans des conditions de sécurité optimales.
Pour en savoir plus : http://www.aphp.fr/projethoteldieu
Articles publiés sur le même sujet
L’Hôtel-Dieu de Paris, prototype de l’hôpital universitaire de santé publique – 11 septembre 2012
Dessine-moi l’Hôtel-Dieu du 3ème millénaire – 10 juillet 2012

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.