HOURAA : une 1ère année structurante et des projets ambitieux

Pour son premier anniversaire, le jeune groupement de coopération sanitaire (GCS) « HOURAA » (Hôpitaux Universitaires Rhône-Alpes Auvergne) dresse un bilan très positif de ce large partenariat hospitalo-universitaire, tant dans le domaine financier et des ressources humaines. Porteuse d’ambition en matière de stratégie médicale, l’alliance des 4 CHU de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon et Saint-Etienne les amène à envisager la création de DHU. Lors de l'assemblée générale du 15 février 2013, Frédéric Boiron, directeur général du CHU de Saint Etienne a été désigné administrateur

Pour son premier anniversaire, le jeune groupement de coopération sanitaire (GCS) « HOURAA » (Hôpitaux Universitaires Rhône-Alpes Auvergne) dresse un bilan très positif de ce large partenariat hospitalo-universitaire, tant dans le domaine financier et des ressources humaines. Porteuse d’ambition en matière de stratégie médicale, l’alliance des 4 CHU de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon et Saint-Etienne les amène à envisager la création de DHU. Lors de l’assemblée générale du 15 février 2013, Frédéric Boiron, directeur général du CHU de Saint Etienne a été désigné administrateur en remplacement de Jean Debeaupuis, nommé à la tête de la Direction Générale de l’Offre de Soins au Ministère de la santé. La réunion s’est tenue en présence des directeurs généraux, des présidents de commission médicale d’établissement et des doyens de faculté de médecine des 4 CHU de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon et Saint-Etienne. 

Des partenariats stimulants, riches d’enseignement 
Les directions des finances des 4 CHU échangent régulièrement leurs informations et élaborent des éléments de parangonnage ou de benchmark, en anticipation des échéances budgétaires. Des prises de positions partagées, documentées et cohérentes sont ainsi envisagées aussi bien en terme de gestion interne (grâce au partage d’indicateurs de suivi), que de négociation des engagements externes ou encore de pilotage de la tarification à l’activité. Ces travaux permettent aussi de mettre à la disposition de la communauté hospitalo-universitaire des informations comparées précieuses pour le management des pôles d’activités médicales.

La commission Ressources Humaines développe également des actions concertées dans le domaine de la gestion prévisionnelle des métiers et des compétences et celui de la politique concertée de ressources humaines au niveau régional et inter-régional. Une mission, confiée depuis quelques mois à une cadre mise à disposition du GCS, permet aux DRH de préparer un tableau de bord commun et des outils de partage de l’information.

La dynamique de groupe appliquée à la stratégie médicale et à la recherche
En 2012, des concertations ont eu lieu avec les deux Agences Régionales de Santé (ARS) dans les disciplines relevant du Schéma Interrégional d’Organisation Sanitaire (greffes, neurochirurgie, neuroradiologie interventionnelle, chirurgie cardiaque, brûlés). Le GCS HOURAA sera mis à profit par ses membres pour travailler ces projets et pour définir des positions communes. Dans cet esprit, des propositions ont déjà été transmises aux ARS Rhône Alpes et Auvergne pour une organisation graduée en hématologie, par exemple.

La labellisation « Département hospitalo-Universitaire (DHU)» bien engagée
Le GCS HOURAA s’est positionné très tôt sur la démarche nationale des DHU, sans ignorer les débats qui pouvaient exister et existent encore sur ce processus initié dans les hôpitaux de Paris et, plus récemment, au CHU de Nantes. Quels que soient les appellations utilisées et l’issue des discussions nationales au titre des DHU, les membres du GCS confirment leur attachement à une démarche qui vise à soutenir l’excellence des travaux de recherche hospitalo-universitaires et la cohésion des équipes des quatre CHU, à favoriser les coopérations lorsqu’elles apportent une valeur ajoutée, et à confirmer leur visibilité sur la scène nationale et internationale.

Le GCS avait invité les directions de la recherche, les vice-présidents «recherche» des directoires, les présidents des Comités de Recherche Biomédicale et de Santé Publique (CRBSP) des quatre CHU, les présidents des Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI), le délégué régional Inserm afin de faire le point sur les projets de DHU envisagés par les membres. Les 4 CHU ont convenu de poursuivre leur réflexion commune avec un cahier des charges et un calendrier partagés ; un jury international en cours de constitution se réunira au 3ème trimestre 2013. Cet engagement vers la labellisation, qui a déjà donné lieu à la production d’une quinzaine de lettres d’intention, dont certaines en multi-sites, favorise la reconnaissance du haut niveau d’activité de recherche clinique d’une interrégion à fort rayonnement.

La prochaine réunion de l’assemblée générale du GCS HOURAA est prévue en juin 2013

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.