HPSM : un groupement d’hôpitaux publics au Sud de Lille

Le CHRU de Lille, le CH de Seclin et le Centre de Référence Régional en Cancérologie* créent «HPSM», Hôpitaux du service Public du Sud de la Métropole lilloise ». Organisé autour de projets médicaux, ce groupement a pour objectif de garantir à la population du Sud de la métropole une qualité et une sécurité des soins optimales.

Le CHRU de Lille, le CH de Seclin et le Centre de Référence Régional en Cancérologie* créent «HPSM», Hôpitaux du service Public du Sud de la Métropole lilloise ». Organisé autour de projets médicaux, ce groupement a pour objectif de garantir à la population du Sud de la métropole une qualité et une sécurité des soins optimales.

Le CH de Seclin se situe dans un bassin de population de 200 000 habitants, dont l’offre de santé diminue dans certains domaines. Le CH de Seclin est doté de 647 lits dont 98 en chirurgie et 75 en médecine. Les activités d’obstétrique et de Soins de Suite et de Réadaptation sont importantes mais la chirurgie est en difficulté certaine depuis plusieurs années.

Ce groupement de Coopération Sanitaire HPSM vise à organiser la continuité des soins entre le CH de Seclin et le CHRU de Lille, et le C.R.R.C. pour la cancérologie, afin d’offrir aux patients du bassin de vie de Seclin une filière complète de prise en charge de la plus haute qualité.

Le CH de Seclin, le CHU de Lille et le CRRC souhaitent faire de ce groupement un « laboratoire » des coopérations qui préserverait l’autonomie des partenaires et la capacité à satisfaire en commun les besoins de santé de la population.

Par son contenu comme par la volonté des administrateurs, des directions et des médecins qui s’y impliquent, ce groupement favorise un mode de relation innovant entre des hôpitaux ; il permet à chacun des membres de mettre efficacement en avant ses atouts en faveur d’un développement commun au service du patient.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.