HUGO décidé à booster le potentiel scientifique du Grand Ouest

Angers, Brest, Nantes, Orléans, Poitiers, Rennes Tours : 6 CHU et 1 CHR* se retrouvent au sein d'une vaste interrégion : le territoire du grand ouest qui couvre près du quart de la France et accueille 17,6% de sa population soit : 11 millions d'habitants. Mais avec seulement 12% des effectifs hospitalo-universitaires et 10 % des chercheurs dans les domaines scientifiques, technologiques et dans les sciences du vivant, HUGO (Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest) souffre d'un déficit dans ce domaine. C'est pourquoi, dès sa création en 2005 HUGO a mis en place une délégation de la recherche du Grand Ouest. 4 ans plus tard le bilan se révèle positif...

Angers, Brest, Nantes, Orléans, Poitiers, Rennes Tours : 6 CHU et 1 CHR* se retrouvent au sein d’une vaste interrégion : le territoire du grand ouest qui couvre près du quart de la France et accueille 17,6% de sa population soit : 11 millions d’habitants. Mais avec seulement 12% des effectifs hospitalo-universitaires et 10 % des chercheurs dans les domaines scientifiques, technologiques et dans les sciences du vivant, HUGO (Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest) souffre d’un déficit dans ce domaine. C’est pourquoi, dès sa création en 2005 HUGO a mis en place une délégation de la recherche du Grand Ouest.

4 ans plus tard le bilan se révèle positif : 35 projets hospitaliers de recherche clinique financés placent pour cette interrégion au 2ème rang après l’Ile de France. A son actif également l’élaboration d’un Schéma Interrégional d’Organisation des Soins comprenant des réponses collectives visible à travers la labellisation de centres de référence maladies rares, et un centre régional des infections ostéo-articulaires du Grand Ouest.

Aujourd’hui, les membres fondateurs souhaitent que l’interrégion HUGO, espace essentiel pour l’avenir, gagne en visibilité et contribue à une meilleure articulation entre la politique nationale et les réorganisations futures de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’écart qui existe entre la dimension de l’interrégion et son potentiel scientifique actuel dans les sciences du vivant justifie un véritable projet stratégique de développement. C’est tout l’enjeu et toute l’ambition que s’est donné le groupement HUGO.

Afin de pousser plus loin les partenariats interrégionaux en matière d’organisation des soins, d’enseignement, de recherche et d’innovation, HUGO se dote d’un Bureau coordonné par Bernard Dupont, directeur général du CHRU de Brest et composé des présidents des commissions médicales d’établissement de Poitiers, de Rennes, d’Angers et de Tours : Professeurs Joseph Allal (Poitiers) et Norbert Ifrah (Angers), des directeurs généraux Christiane Coudrier (Nantes), Jean-Pierre Gusching (Orléans) et des doyens, les Pr. Philippe Delaval (Rennes) et Dominique Perrotin (Tours).

Trois groupes de travail complètent le dispositif
– Politique interrégionale d’organisation des soins coordonné par M. André Fritz, directeur général du CHU de Rennes,
– Enseignement par le doyen Jean-Michel Rogez (Nantes),
– Recherche et innovation par le Professeur Bertrand Fenoll, président de la CME de Brest

* Orléans

Contact
Monsieur Rémi Brajeul, directeur adjoint chargé
du pôle recherche CHRU de Brest
Tel. 02 98 22 39 66

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.