HUGO veille sur la santé des nouveau-nés prématurés

Améliorer le pronostic des nouveau-nés prématurés c'est l'ambitieux défi que relève le projet européen DIGI-NEW B, d’initiative rennaise et de coordination interrégionale. Une fierté pour le groupement de coopération sanitaire « Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest » – HUGO qui, pour la première fois, remporte un appel d'offres européen convoité par de nombreuses équipes : 5 projets retenus sur 100 propositions !

Améliorer le pronostic des nouveau-nés prématurés c’est l’ambitieux défi que relève le projet européen DIGI-NEW B, d’initiative rennaise et de coordination interrégionale. Une fierté pour le groupement de coopération sanitaire « Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest » – HUGO qui, pour la première fois, remporte un appel d’offres européen convoité par de nombreuses équipes : 5 projets retenus sur 100 propositions !
 
Conçu et coordonné par le Pr Patrick Pladys et le Pr Guy Carrault du CHU de Rennes*, l’objectif du projet est de construire un outil d’aide à la décision analysera les signaux physiologiques des enfants nés prématurément durant leur prise en charge dans les services de néonatologie – L’étude portera sur des données fonctionnelles non-invasives.
 
Retenu dans le cadre du programme européen « Horizon 2020 », le projet d’envergure DIGI-NEW B est doté d’un budget de 4,4 M€ sur 4 ans. 7 partenaires sont associés : HUGO, qui regroupe les 6 CHU du Grand Ouest à travers son réseau d’investigateurs en pédiatrie HUGOPEREN, 4 centres universitaires et 2 PME issus de 4 pays : France, Irlande, Portugal et Finlande.  Le CHU de Rennes sera promoteur de l’étude clinique, entièrement conduite au sein des services de néonatologie des 6 CHU du Grand Ouest.
 
Un consortium européen coordonné par le GCS HUGO
Le financement de la Commission européenne sera acquis à l’issue de la procédure de négociation d’un accord de subvention et d’un accord de consortium, qui s’achève en novembre. Ce succès vient couronner la dynamique du réseau d’investigateurs pédiatrique HUGOPEREN, qui fédère 200 cliniciens et plus de 50 services hospitaliers et unités pédiatriques. L’aboutissement de ce projet d’envergure conforte les orientations stratégiques des CHU du Grand Ouest d’unir leur force au sein d’un Groupement de Coopération Sanitaire.

En effet, dès 2005, les CHU et CHR (Angers, Brest, Nantes, Orléans, Poitiers, Rennes et Tours) de l’interrégion Grand ouest ont créé HUGO, coopèrent sur des missions hospitalo-universitaires et structurent leurs activités de recours. Une émulation qui leur a permis d’améliorer leurs résultats et donne aujourd’hui une meilleure visibilité internationale. Ils poursuivent cette collaboration fondée sur la pertinence de l’échelon interrégional pour mettre en commun des forces, constituer des masses critiques, atteindre un niveau d’excellence ou mutualiser des équipements ou compétences rares.
Le groupement est à l’origine de nombreux projets multicentriques dont deux projets européens. Depuis 2013, le réseau d’investigateurs HUGOPEREN bénéficie du soutien GIRCI et de l’expertise au montage de projets de la Plateforme projets européens de l’Université Européenne de Bretagne
 
*le Pr Patrick PLADYS dirige le service de pédiatrie et le pôle « femme – enfant » du CHU de Rennes, et le Pr Guy CARRAULT de l’Université de Rennes 1 (Laboratoire Traitement du Signal et de l’Image LTSI, Inserm U 1099) coordonne le Centre Investigation Clinique-Innovation Technologique

Plus d’informations
Sur HUGO http://www.chu-hugo.fr/fr
Sur le réseau HUGOPEREN http://www.hugoperen.org/
Sur le CHU de Rennes http://www.chu-rennes.fr
Contacts presse
Cécile Jaglin-Grimonprez  – cecile.jaglin@chu-hugo.fr – tél. : 06 23 48 66 41
Cécile Boisse – cecile.boisse@chu-rennes.fr – tél : 02 99 28 42 40
David Riochet – david.riochet@univ-nantes.fr – Tél. : 02 40 08 77 91

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.