HUGOPEREN, le Grand Ouest fédéré en pôle de Recherche en Santé de l’Enfant

Avec 35 grands programmes de recherche basés sur des collaborations entre cliniciens, laboratoires académiques et entreprises régionales innovantes, HUGOPERN - réseau de recherche pédiatrique du Grand Ouest - illustre l’efficacité d’un ancrage de périmètre interrégional. HUGOPERN se définit comme un promoteur de découvertes scientifiques et un accélérateur de leur transfert en applications cliniques au profit d'une médecine personnalisée de l’enfant.

Avec 35 grands programmes de recherche basés sur des collaborations entre cliniciens, laboratoires académiques* et entreprises régionales innovantes, HUGOPERN – réseau de recherche pédiatrique du Grand Ouest – illustre l’efficacité d’un ancrage de périmètre interrégional. HUGOPERN se définit comme un promoteur de découvertes scientifiques et un accélérateur de leur transfert en applications cliniques au profit d’une médecine personnalisée de l’enfant. Aujourd’hui, il ambitionne d’être reconnu comme  le premier « Pôle de Recherche en Santé de l’Enfant » constitué en France.
Fondé en mars 2014, HUGOPEREN fédère les services de pédiatrie des CHU d’Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Tours et Rennes. Soit au total plus de 200 cliniciens et plus de 50 services hospitaliers et unités pédiatriques. Par sa dimension, son maillage d’expertises et son organisation formalisée, il dynamise la recherche translationnelle et l’innovation biomédicale (thérapeutique, diagnostique, préventive, organisation des soins…) au service de la santé de l’enfant. 
 
HUGOPEREN développe ses activités autour de 4 grands axes de recherche
-Cancer /Infectiologie/Immunologie/Inflammation ;
– Nutrition/Métabolisme/Endocrinologie ;
– Technologies pour la santé (Traitement du signal, Imagerie biomédicale & Rééducation) ;
– Cohortes, Bases de données, Biocollections et Registres. Cet axe transversal aide à la structuration des trois premières thématiques.

Trois nouvelles orientations sont à l’étude 
« Santé Publique et Epidémiologie », « Ethique et Sciences Humaines et Sociales » et « Santé mentale ».
Tous ces axes correspondent à des expertises scientifiques et médicales présentes dans les CHU ainsi que dans les unités de recherche académiques des territoires d’HUGO.
Chacun des axes de recherche est étroitement rattaché à des problématiques de soins et des maladies de l’enfant telles que :
– les infections sévères chez l’enfant ;
– les cancers de l’enfant ;
– la prise en charge nutritionnelle des grands prématurés ;
– l’évaluation de l’état nutritionnel de l’enfant malade ;
– les maladies endocriniennes et métaboliques (diabète juvénile, obésité de l’enfant…) ;
– la détection précoce des infections chez les prématurés ;
– la prise en charge rééducative et chirurgicale du handicap moteur (paralysie cérébrale, maladies neuromusculaires, paralysie obstétricale du plexus brachial…) ;
– l’identification des facteurs de risque de pathologies de l’enfant (paralysie cérébrale, malformations congénitales etc.).
La recherche translationnelle est une recherche collaborative peu développée en pédiatrie alors qu’elle a pourtant déjà montré sa très haute valeur-ajoutée dans le processus des découvertes pour les pathologies de l’adulte et l’acheminement vers une médecine personnalisée. L’enjeu est donc d’améliorer les connaissances des maladies de l’enfant et d’accélérer l’accès de nos jeunes patients aux stratégies thérapeutiques, préventives et diagnostiques les plus innovantes.
HUGOPEREN est une innovation en soi en termes de pilotage de la recherche en santé de l’enfant, innovation qui devrait aider à accélérer les découvertes à long terme.
Pour financer les programmes et inscrire son action de manière pérenne, HUGOPEREN fait notamment appel au mécénat d’entreprises.  Avec leur soutien, le réseau constituera un nouveau type d’organisation transdisciplinaire ancrée territorialement et dédiée exclusivement au service de l’innovation biomédicale en santé de l’enfant.
HUGOPEREN est coordonné par les professeurs Jean-Christophe Rozé (CHU de Nantes) et Alain Chantepie (CHRU de Tours).
Ils sont assistés d’un collège représentant les pédiatres des 6 CHU du Grand Ouest : Pr. Christèle Gras-Leguen (Nantes), Pr. Régis Hankard (Tours), Pr. Frédéric Millot (Poitiers), Pr. Isabelle Pellier (Angers), Pr. Patrick Pladys (Rennes) et Pr. Jacques Sizun (Brest).  Autour de ces grands acteurs de la recherche en santé de l’enfant, HUGOPEREN réunit les directions institutionnelles et médico-scientifiques des ces 6 CHU, la déléguée générale du Groupement de Coopération Sanitaire des Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest (HUGO) et le coordonnateur du GIRCI GO ainsi que des membres invités des universités et des grands organismes de recherche
Le Grand Ouest regroupe la Bretagne, le Centre, les Pays de Loire et la Poitou-Charentes, ce territoire compte plus 135 000 naissances par an pour 11 millions d’habitants dont 2,3 millions d’enfants et adolescents. Ces 4 régions abritent 6 hôpitaux universitaires : les CHU d’Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes et Tours. Pour les scientifiques, ces millions de personnes constituent une masse critique précieuse et apportent une visibilité européenne aux projets de recherche en pédiatrie. Pour eux l’interrégion et le meilleur échelon d’organisation pour la concrétisation de programmes de recherche biomédicale des plus innovants.
Déléguée générale : Cécile Jaglin-Grimonprez : cecile.jaglin@chu-hugo.fr / 06 23 48 66 41
Pour plus d’informations : http://www.hugoperen.org/


En savoir plus sur
GIRCI GO

Créés par une circulaire ministérielle de juillet 2011 (DGOS/PF4/2011/329), les Groupements Interrégionaux de Recherche Clinique et d’Innovation (GIRCI) associent les établissements d’une même interrégion, a minima ceux qui sont pourvus d’une Direction de la Recherche Clinique et de l’Innovation (DRCI), aux fins d’assurer des missions spécifiques d’animation et de soutien à la recherche clinique qui ne peuvent être efficacement assurées individuellement par chaque établissement de santé. Ils assurent des actions de formation, d’aide à la réponse aux appels d’offres européens, d’appui à la réalisation de certaines missions spécifiques du promoteur, de soutien à la participation des établissements de santé non universitaires aux activités de recherche, mais aussi de soutien à la recherche clinique industrielle et de coordination des Equipes Mobiles de Recherche Clinques en Cancérologie soutenues par l’INCA. Le GIRCI-GO assure ces fonctions à l’échelon du territoire constitué par les régions Bretagne, Centre, Pays de la Loire et Poitou-Charentes. Volet Recherche Clinique et Innovation du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) des Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest (HUGO), le GIRCI-GO appuie son action sur 8 réseaux de sur-compétences : Assurance Qualité – Vigilance (CHU Rennes) ; Biostatistiques – Data-management – Conseils Méthodologique (CHRU Tours) ; Cellule Évaluation Médico-Économique (GIRCI, CHU de Tours et Nantes) ; Épidémiologie génétique (CHRU Brest); Essais de phases précoces (ICO) ; Europe (CHU Angers) ; Formation (CHU Nantes) ; Recherche Clinique et Innovation portées par les paramédicaux (CHU Poitiers). Il a en charge la sélection des projets soumis à l’appel à projet annuel PHRC Inter-Régional de la DGOS, et instruit des appels à projets qui lui sont propres (outils structurants, réseaux investigateurs), ou en lien avec d’autres opérateurs régionaux ou inter-régionaux (Appel à Projet de l’ARS Bretagne 2011 et 2013 par exemple).
Coordonnateur scientifique : Pr. Vincent CAMUS : contact@girci-go.org / 02 18 37 08 70
*Universités, Inserm, INRA, CNRS

HUGO
Les 7 CHU et CHR de l’interrégion Grand Ouest (Angers, Brest, Nantes, Orléans, Poitiers, Rennes et Tours) ont créé en 2005 les Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest (HUGO) pour structurer leurs activités de soins de recours, améliorer leurs résultats en matière de recherche clinique et d’innovation et leur donner une meilleure visibilité, dans le prolongement des actions existantes dans le champ de l’enseignement. En 2013, les établissements de HUGO ont constitué, avec l’Institut de Cancérologie de l’Ouest, le groupement de coopération sanitaire GCS HUGO, qui porte la coopération hospitalo-universitaire de l’interrégion Grand Ouest pour améliorer la lisibilité nationale et européenne.
Diverses mesures incitatives favorisent cette évolution : organisation interrégionale du 3ème cycle des études médicales, création des schémas interrégionaux de l’organisation des soins (SIOS), structuration des délégations interrégionales à la recherche clinique (DIRC), puis des groupements interrégionaux de recherche clinique et d’innovation (GIRCI).
HUGO est reconnu, au niveau national pour ses actions dans ces trois domaines. Au-delà de ces actions « socles », les membres du GCS HUGO ont choisi de développer d’autres actions de coopération, dès lors que l’échelon interrégional pouvait offrir une valeur ajoutée pour tous. 
Des résultats encourageants, parmi lesquels la labellisation en 2014 de 4 Fédérations Hospitalo-Universitaires (FHU) pour l’interrégion (qui s’ajoutent aux deux DHU nantais labellisés en 2013), sélectionnées par un jury international, à l’issue d’une démarche concertée, initiée et coordonnée par HUGO, en accord avec ses partenaires universitaires et AVIESAN.
Forte de ce bilan positif, l’assemblée générale d’HUGO a souhaité se doter d’un projet 2014-2017 (adopté le 10 juillet 2014), qui oriente son action et ses priorités. Ce projet porte trois ambitions principales :
– Conforter le positionnement des CHU de l’interrégion Grand Ouest dans la compétition nationale et européenne ;
– Rechercher des financements complémentaires pour conduire des actions communes ;
– Développer les interactions avec des autres acteurs de l’interrégion.
Coordination scientifique : David Riochet. E-mail : contact@hugoperen.com
Tél. : 06 81 58 64 25 / 02 40 08 77 91

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.