Humanités, 10 ans d’arts et de culture dans les CHU

CAP des Mille Grues, installation de Junko Yamasaki, 2008Quel point commun existe-t-il entre un origami de 1 000 grues, une improvisation dansée dans un hall, des interludes musicaux, un parcours virtuel à la découverte de l'histoire d'une ville, la publication d'un livre de photographies, l'ouverture d'un espace de connaissance et de lecture ? Réponse : Toutes ces interventions ont pour cadre non pas les instituts culturels mais les Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires. Leurs desseins ? Ouvrir une fenêtre sur le monde de la création, sur les rythmes de la cité, stimuler le désir de culture et d'esthétique et pourquoi pas, prendre le risque de voir l'art devenir partie intégrante du soin. À l'occasion des 10 ans du programme Culture à l'hôpital, initié par les ministères de la Culture et de la Santé, les centres hospitaliers universitaires publient Humanités*, un recueil présentant 26 actions culturelles et artistiques menées sur leur site depuis 1999.
Cliquer pour agrandirQuel point commun existe-t-il entre un origami de 1 000 grues, une improvisation dansée dans un hall, des interludes musicaux, un parcours virtuel à la découverte de l’histoire d’une ville, la publication d’un livre de photographies, l’ouverture d’un espace de connaissance et de lecture ?
Réponse : Toutes ces interventions ont pour cadre non pas les instituts culturels mais les Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires. Leurs desseins ? Ouvrir une fenêtre sur le monde de la création, sur les rythmes de la cité, stimuler le désir de culture et d’esthétique et pourquoi pas, prendre le risque de voir l’art devenir partie intégrante du soin. À l’occasion des 10 ans du programme Culture à l’hôpital, initié par les ministères de la Culture et de la Santé, les centres hospitaliers universitaires publient Humanités*, un recueil présentant 26 actions culturelles et artistiques menées sur leur site depuis 1999.

Ce répertoire illustre la diversité et la richesse des démarches engagées. Il témoigne d’une humanité commune et d’un élan partagé de créativité.

Ils ont dit :

« L’hôpital se présente comme un territoire de mixité sociale et d’effervescence. Ouvrir l’hôpital à la culture, c’est faire en sorte que des artistes puissent y présenter leurs oeuvres mais c’est également offrir aux patients des modes d’expression privilégiés, garantis par la qualité artistique et culturelle des actions engagées. »
Frédéric Mitterrand
Ministre de la Culture et de la Communication

Le patient comme le soignant sont vus différemment et sont alors perçus comme des êtres sensibles et égaux, capables d’apprécier ensemble une oeuvre. (…) L’art participe au processus de soins, à la reconquête d’une identité que la maladie a pu malmener.
Roselyne Bachelot-Narquin
Ministre de la Santé et des Sports

Ces images et les textes qu’elles accompagnent sont le fuit de nos convictions, de nos émotions et de notre engagement collectif pour un hôpital plus humain à l’égard des individus qui y vivent. Nous vous les livrons aujourd’hui, espérant qu’elles suscitent d’autres échanges, tissent d’autres liens, se prolongent dans d’autres vies
Christian Paire
Président de la commission culture des CHU

A l’hôpital, le temps s’étire et nous échappe : on attend souvent – le prochain soin, la prochaine visite, le prochain examen, le prochain « mieux », la prochaine sortie. Les projets culturels réalisés par les CHU s’inscrivent souvent dans ces intervalles creux, pour faire de ces temps de latence quelque chose plutôt que rien. Ce quelque chose relève de la découverte, de l’apprentissage, de l’ouverte, de l’évasion. Il est un horizon offert.
Julie Leteurtre
Coordinatrice du projet

Très vite, l’utilité sociale de l’action culturelle comme facteur d’amélioration de la qualité de vie des patients hospitalisés a été reconnue. Mais au-delà, c’est aussi la relation entre les soignants et les patients qui se trouve enrichie de ce partage d’émotions. Pour autant, la mise en place et le développement de ces projets culturels se sont parfois heurtés à la classique résistance à l’innovation voire aux contraintes logistiques et financières. C’est pourquoi la MACSF et sa Fondation ont souhaité accompagner les hôpitaux dans cette démarche, en mettant en lumière tous les bénéfices de la présence artistique dans l’hôpital à travers l’exposition itinérante « Arts du soin ».
Yves Cottret
Délégué général de la Fondation MACSF

*Humanités, 10 ans d’arts et de culture dans les CHU est un recueil de 80 pages publié à l’initiative de la commission culture des CHU, avec le soutien du Ministère de la culture et de la communication et de la MACSF.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.