Salle hybride « Cœur Poumons » : 3 en 1

Bloc opératoire, site de cardiologie interventionnelle, unité de radiologie interventionnelle, la salle hybride est tout cela à la fois. Sa particularité : combiner le diagnostic et le traitement de patients souffrant de maladies cardiaques, de rétrécissement aortique ou de troubles du rythme cardiaque. Dans cet espace high tech situé au bloc opératoire « Chirurgie Thoracique et Cardio Vasculaire » (CTCV) de l’hôpital Arnaud de Villeneuve au CHU de Montpellier, les équipes réalisent en toute sécurité des gestes complexes, à haut risque pour le patient. Si besoin est, la salle est convertie en un véritable bloc de chirurgie cardiaque. Un tel équipement représente un investissement de 4,5 M€.

Bloc opératoire, site de cardiologie interventionnelle, unité de radiologie interventionnelle, la salle hybride est tout cela à la fois. Sa particularité : combiner le diagnostic et le traitement de patients souffrant de maladies cardiaques, de rétrécissement aortique ou de troubles du rythme cardiaque. Dans cet espace high tech situé au bloc opératoire « Chirurgie Thoracique et Cardio Vasculaire » (CTCV) de l’hôpital Arnaud de Villeneuve au CHU de Montpellier, les équipes réalisent en toute sécurité des gestes complexes, à haut risque pour le patient. Si besoin est, la salle est convertie en un véritable bloc de chirurgie cardiaque. Un tel équipement représente un investissement de 4,5 M€.
Une salle hybride interventionnelle de pointe
Le mot hybride désigne l’association d’actes réalisés par voie percutanée, c’est à dire par les vaisseaux sans ouverture du thorax, et d’actes chirurgicaux, raison pour laquelle cette salle se trouve au bloc opératoire. Les opérateurs apprécient sa qualité optimale d’imagerie. Quant aux patients, ils évoluent dans un environnement plus sûr avec une réduction des doses d’irradiation.
Les pathologies soignées dans la salle hybride cœur poumon
Le traitement de valvulopathies cardiaques par voie percutanée : technique du TAVI qui permet de traiter les rétrécissements de la valve aortique sans chirurgie, mais aussi le traitement des pathologies de la valve mitrale sans chirurgie (Mitraclip notamment) et bientôt le traitement des pathologies de la tricuspide.
– Le traitement percutané de certaines cardiopathies congénitales de l’adulte : fermeture de cloison entre les oreillettes du coeur après AVC, fermeture de communication inter auriculaire, cardiopathies complexes non opérables ou déjà opérées, embolisations diverses…
En rythmologie (troubles du rythme cardiaque), on citera la réalisation de procédures interventionnelles complexes comme les ablations de tachycardie en particulier la fibrillation atriale et les troubles du rythme ventriculaires, le développement d’approches mixtes endovasculaires et chirurgicales mini-invasives simultanées, les fermetures d’auricule gauche et les extractions de sondes de pacemakers et de défibrillateurs cardiaques grâce à un laser innovant.
–  En chirurgie vasculaire, la salle permet le traitement de toutes les pathologies artérielles par voie endovasculaire, et en particulier la pose d’endoprothèses branchées et fenêtrées, technique innovante pour traiter les lésions complexes de l’aorte thoracique et thoraco-abdominale (anévrysmes, dissections et ruptures traumatiques), donnant ainsi au CHU de Montpellier le label de second AORTIC CENTER français avec le CHU de Lille.
Cette salle facilite les protocoles de recherche universitaire et les évaluations de traitements innovants. A Montpellier, les  multiples projets de recherche en cardiologie ou pathologies vasculaires préfigurent les soins de demain pour les patients les plus fragiles.
Plus de 80 soignants évoluent dans cet univers 
La salle hybride accueille plusieurs spécialités médicales : chirurgiens vasculaires (3 médecins du CHU), cardiologues (6 médecins du CHU), radiologue (1 médecin du CHU). Interviennent également les infirmiers de blocs opératoires (IBODE) du Bloc CTCV, l’ensemble des infirmiers anesthésistes (IADE) et les aide-soignants de l’équipe du Bloc. A ce jour, 8 infirmières ont été spécifiquement formées sur les procédures de cardiologie Interventionnelle Concernant les Manipulateurs en Electro Radiologie Médicale du Département d’Imagerie d’Arnaud De Villeneuve, 4 d’entre eux sont déjà formés et d’autres sont en cours de formation dans un groupe de compétences. Il faut également compter les perfusionnistes (5 pers.) qui peuvent aussi y intervenir en cas de chirurgie de conversion. Enfin, 10 postes de soignants ont été créés au CHU de Montpellier pour permettre l’ouverture de cette salle.
Ces professionnels sont placés sous la responsabilité de Mme Isabelle DJABRI, cadre de santé IBODE du Bloc CTCV. 
Une salle hybride à vocation territoriale
Cet équipement, à vocation régionale, s’intègre dans un projet de coopération territoriale. En effet, étant donné son haut niveau de technicité, elle est utilisée pour certaines procédures spécifiques en partage avec d’autres établissements : la Clinique Saint-Pierre (Perpignan), l’Hôpital de Perpignan, la Clinique des Franciscaines (Nîmes) et le CHU de Nîmes.

Quelques chiffres

En 2017, il y a eu 854 procédures réalisées dans cette salle :
– 483 poses de TAVI
– 258 procédures de Chirurgie Vasculaire – EndoVasculaire,
– 113 procédures de Cardiologie Interventionnelle non TAVI (Rythmologie, Mitraclip, fermeture CIA, fermeture d’auricule, FOP,…).
Cette nouvelle salle hybride a demandé la construction d’une extension du bloc opératoire. Les travaux ont débuté en juillet 2015 pour une ouverture en Aout 2016 et ont nécessité un investissement de 4,5 millions d’euros : 2,53 millions d’euros pour les travaux, 1,65 millions d’euros pour les équipements biomédicaux et 297 000 € pour le mobilier et l’informatique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.