Hypertension : Rennes expérimente un stimulateur sur la carotide

Les équipes du service de cardiologie et de chirurgie vasculaire du CHU de Rennes ont expérimenté un traitement innovant : la pose d'un stimulateur relié à une électrode directement implantée sur sa carotide au niveau du cou où se situe un régulateur de la tension. Un des 10 premiers patients français à bénéficier de cette innovation est un homme âgé de 50 ans souffrant d’une hypertension sévère, résistante à la prise de 5 médicaments antihypertenseurs. A l'issue de l'intervention la tension avait baissé de près de la moitié, à 14 - la pression artérielle considérée comme normale est de 12.

Les équipes du service de cardiologie et de chirurgie vasculaire du CHU de Rennes ont expérimenté un traitement innovant : la pose d’un stimulateur relié à une électrode directement implantée sur sa carotide au niveau du cou où se situe un régulateur de la tension. Un des 10 premiers patients français à bénéficier de cette innovation est un homme âgé de 50 ans souffrant d’une hypertension sévère, résistante à la prise de 5 médicaments antihypertenseurs. A l’issue de l’intervention la tension avait baissé de près de la moitié, à 14 – la pression artérielle considérée comme normale est de 12.
Ce patient qui risquait à tout moment un accident vasculaire cérébral ou un problème cardiaque a pu rentrer chez lui avec l’espoir d’un traitement efficace pour normaliser sa tension.

Les CHU français investigateurs sont des centres d’excellence de niveau européen spécialisés dans le traitement de l’hypertension. La centaine de patients qu’ils prévoient de recruter pour cette étude souffrent d’hypertension résistante au traitement. Ces personnes représentent 5% des hypertendus.
« Nous espérons que la stimulation du barorécepteur carotidien apporte une solution pour traiter l’hypertension artérielle des patients chez qui la prise en charge habituelle par les médicaments ne permet pas de normaliser les chiffres » confie le Docteur Caroline Dourmap, cardiologue au CHU de Rennes.

Le stimulateur implanté a été développé par la start-up américaine CVRx. Facturé 24 000 €, il n’a pas encore reçu tous les agréments français.  L’étude menée par le CHU de Nancy et à laquelle participe le CHU de Rennes vise justement à déterminer l’intérêt de l’appareil et à décider s’il sera pris en charge ou pas par l’assurance maladie. Or ce dispositif est déjà adopté par d’autres pays européens et par les Etats-Unis.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.