Hypnose et cancer du sein : une pratique innovante au CHUGA

Améliorer les soins et les traitements est un souci constant du Centre de Cancérologie de la Femme du CHU Grenoble Alpes qui propose désormais la chirurgie du sein sous hypnose à ses patientes. Depuis un an, la cinquantaine de femme opérées sous hypnose a été pleinement convaincue par cette alternative à l’anesthésie, selon une étude réalisée en interne par le CHU.

Améliorer les soins et les traitements est un souci constant du Centre de Cancérologie de la Femme du CHU Grenoble Alpes qui propose désormais la chirurgie du sein sous hypnose à ses patientes. Depuis un an, la cinquantaine de femme opérées sous hypnose a été pleinement convaincue par cette alternative à l’anesthésie, selon une étude réalisée en interne par le CHU.
« Nous avons développé la chirurgie du sein sous hypnose depuis un peu plus d’un an et nous la proposons à toutes les patientes qui le souhaitent » s’enthousiasme le Docteur Anne-Cecile Philippe, chirurgien et co-responsable du Centre de Cancérologie de la Femme basé à l’Hôpital Couple Enfant. « Cette chirurgie nous a amené à retravailler nos organisations de travail au sein du bloc opératoire. Les échanges entre différents professionnels sont plus calmes et nous privilégions le chuchotement pour gêner le moins possible la séance d’hypnose médicale de l’autre côté du champ opératoire. » 
Au Centre de Cancérologie de la Femme du CHU Grenoble Alpes, cette technique innovante est associée à différents gestes chirurgicaux, allant de l’ablation d’une petite tumeur jusqu’à la mastectomie. Pour les patientes, l’hypnose médicale associée à une anesthésie locale comporte un vrai bénéfice en supprimant les potentielles complications d’une anesthésie générale et en permettant une récupération beaucoup plus rapide.  
Souvent anxieuses au départ, les patientes qui acceptent l’hypnose médicale en garde un excellent souvenir, comme en témoignent Jeannine Bernardon et Bernadette Donce, toutes deux opérées cette année au Centre de Cancérologie de la Femme du CHUGA.  « 48 heures avant l’opération, je n’étais pas totalement sereine. J’avais une appréhension sur comment allait se passer l’hypnose. Mais le jour j, l’expérience s’est révélée très positive. J’étais détendue, dans ma bulle. Aujourd’hui je suis fière d’avoir participé à ma manière à cette opération et je suis contente d’en parler à mes enfants », témoigne Jeannine Bernardon.  « Quand on m’a proposé la chirurgie sous hypnose, j’ai immédiatement accepté. J’ai eu à subir plusieurs opérations dans le passé avec différentes anesthésies et je ne gardais pas un bon souvenir de ces expériences. Grâce à l’hypnose, j’ai pu éviter l’anesthésie générale et les possibles complications post-opératoires et dans le même temps ne pas voir ni entendre ce qui se passait au bloc. Pendant toute l’opération, j’ai en quelque sorte voyagé dans ma tête. Si des femmes hésitent à franchir le pas, j’aimerais les rassurer», confie Bernadette Donce.

Concrètement, comment se déroule une chirurgie sous hypnose ? « Avant tout, il est important de préciser que ces opérations sont réalisées dans les mêmes conditions de sécurité qu’une opération classique. Tout est d’ailleurs mis en place pour éventuellement basculer vers une anesthésie générale si le moindre problème intervient », explique le docteur Ana Rogé, médecin anesthésiste qui précise qu’aucune bascule n’a eu lieu jusqu’à présent. « L’hypnose médicale débute avant l’opération puisqu’une consultation a lieu une semaine plus tôt afin de préparer la patiente. Lors de ce premier contact, la patiente définit un thème comme un souvenir agréable ou un lieu de voyage. Ce thème est immédiatement « testé » lors d’une courte séance d’hypnose médicale afin de mettre en confiance la patiente et vérifier avec elle son choix », raconte Véronique Albaladejo, infirmière anesthésiste.
« Durant l’opération, il n’est pas rare que le thème choisi change ou évolue. De même, le déroulé d’une opération sous hypnose est très variable d’un patient à un autre. Nous ajustons ainsi nos pratiques en utilisant les différents stades de l’hypnose médicale allant ainsi de l’hypnose conversationnel jusqu’à la transe hypnotique », ajoute l’infirmière anesthésiste. 
« L’ambition de cette chirurgie sous hypnose est d’améliorer la prise en charge de nos patientes, de leur apporter un nouveau confort et de les rendre actrices de leur opération et de leur parcours de guérison », conclut le Docteur Isabelle Gabelle Flandin, radiothérapeute et co-responsable du Centre de Cancérologie de la Femme du CHUGA. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.