L’équipe du centre sclérose latérale amyotrophique (SLA) relève le défi « Ice Bucket Challenge » jeudi 16 octobre 2014 à 13h, devant l’entrée du Bâtiment Sud du CHU de Caen. Les volontaires recevront stoïquement un seau d'eau glacée sur la tête. La vidéo de cette douche gelée sera diffusée sur les réseaux sociaux ainsi que l'invitation faite à leurs amis de réaliser le même challenge et/ou de faire un don à l'Association française pour la Recherche sur la Sclérose latérale amyotrophique.

L’équipe du centre sclérose latérale amyotrophique (SLA) relève le défi « Ice Bucket Challenge » jeudi 16 octobre 2014 à 13h, devant l’entrée du Bâtiment Sud du CHU de Caen. Les volontaires* recevront stoïquement un seau d’eau glacée sur la tête. La vidéo de cette douche gelée sera diffusée sur les réseaux sociaux ainsi que l’invitation faite à leurs amis de réaliser le même challenge et/ou de faire un don à l’Association française pour la Recherche sur la Sclérose latérale amyotrophique.
L’équipe du centre SLA du CHU de Caen
Situé au niveau 13 de la Tour Côte de Nacre, au sein du service de neurologie, le centre SLA suit plus de 130 patients. L’équipe pluridisciplinaire se compose de : neurologues, ergothérapeutes, orthophoniste, psychologues, diététicienne, secrétaire. Le centre travaille en partenariat avec : l’unité d’hospitalisation programmée de neurologie, le service de pneumologie, le service d’hépato-gastro-entérologie et nutrition, l’équipe mobile douleur et soins palliatifs et le service de soins de suite et de réadaptation.
En savoir plus sur
La sclérose latérale amyotrophique (SLA)
Appelée aussi Maladie de Charcot, la SLA est une maladie neurodégénérative qui atteint les neurones moteurs. Elle touche les personnes adultes, généralement après l’âge de 50 ans, et entraîne une paralysie progressive pouvant affecter les membres, la parole, la déglutition ou la respiration. En France, près de 6 000 personnes sont touchées. Le diagnostic repose sur les signes et les symptômes, l’examen électrique des nerfs et des muscles (ENMG) et parfois d’autres examens notamment d’imagerie. On ne sait pas guérir la maladie mais ralentir son évolution par la prise d’un médicament et par un suivi personnalisé, spécialisé et multidisciplinaire dans l’un des 17 centres de référence régionaux de France  dont celui de Caen. Ces centres sont organisés en coordination nationale et participent en outre à la formation des acteurs de soins et à la recherche.
L’Ice Bucket Challenge
L’Ice Bucket Challenge (« défi du seau d’eau glacée ») consiste à se renverser ou se faire renverser un seau d’eau glacée sur la tête en étant filmé, puis à diffuser cette vidéo sur les réseaux sociaux et à inviter un ou plusieurs amis à reproduire ce geste. Le but de ce défi est à la fois de médiatiser la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et de collecter des fonds contre cette maladie, les participants devant faire un don en faveur de cette cause. Plusieurs semaines après les premiers défis relevés et des centaines de personnes mouillées, l’ARSLA, Association française pour la Recherche sur la Sclérose latérale amyotrophique, reçoit de plus en plus de vidéos de la mobilisation qui se poursuit. Il est important que l’action et la pédagogie se poursuivent, important de souligner l’importance des dons dans l’aide aux malades et la recherche, c’est pourquoi l’équipe du centre SLA du CHU de Caen a choisi de relever le défi !
 
L’association ARSLA
L’ARSLA, Association pour la Recherche sur la Sclérose latérale amyotrophique, association nationale des patients fondée en 1985, soutient la recherche et assiste les patients et leur entourage confrontés aux difficultés causées par la maladie.
*Pr Fausto Viader, Dr Laurence Carluer, Dr Corinne Joubert, Audrey Mondou, psychologue, Elisabeth Groussard, ergothérapeute, Nathalie Frestel, orthophoniste, Estelle Lefranc, diététicienne… et bien d’autres

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.