Déficience intellectuelle : causes génétiques identifiées grâce à la recherche, une avancée déterminante

Coordonné par le service de génétique médicale, le projet Hugodims a permis une avancée considérable dans l’identification des facteurs génétiques responsables de déficience intellectuelle.

Identifier les causes génétiques de déficience intellectuelle chez 75 enfants recrutés dans six CHU membres d’HUGO*. Tel était l’enjeu du projet Hugodims conduit par le service de génétique médicale du CHU de Nantes (Pr Stéphane Bézieau, Dr Bertrand Isidor). Cette approche réalisée pour la 1ère fois en France a permis de passer de 10-12% de causes génétiques identifiées par les techniques classiques à plus de 50 %

Pour 45 % des patients atteints de DI, la mutation en cause a été repérée dans des gènes connus, mais aussi dans de nouveaux gènes comme le gène CHAMP1*. Ces résultats permettent de donner un conseil génétique fiable aux parents et éventuellement proposer un diagnostic prénatal ou préimplantatoire. Cette étude a également révélé de nouveaux mécanismes responsables de ces maladies.

Le projet a reposé sur une approche de séquençage haut-débit réalisée sur la plateforme Biogenouest (responsable : R. Redon) de 25 000 gènes chez les enfants. La méthode a consisté à séquencer également les 25 000 gènes présents chez les parents pour identifier plus facilement la mutation responsable car, dans la majorité des cas, l’anomalie n’est pas héritée

Jusqu’à présent, l’origine génétique des formes les plus sévères de déficience intellectuelle étaient souvent difficile à déterminer en raison du très grand nombre de gènes impliqués. La richesse des données obtenues par le transfert en routine du séquençage haut débit montre l’efficacité de cette technique. Mais sa diffusion reste soumise à son financement et aux capacités de réalisation des plates-formes actuelles.

Hugodims a été cofinancé par un Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) interrégional et l’ARS Poitou-Charentes

*  Groupement de Coopération Sanitaire des Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest qui réunit 6 CHU Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes et Tours et le CH du Mans

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.