Identitovigilance aux urgences clermontoises : le bon soin au bon patient

Pour diminuer les risques d'erreurs liés à l'identité des personnes venues aux urgences et dispenser des soins plus sûrs, le CHU de Clermont-Ferrand organise une semaine de sensibilisation à l’identitovigilance du lundi 14 au vendredi 18 décembre 2015. Les modalités et le bien-fondé des procédures seront expliquées et rappelées aux usagers et aux professionnels, personnels médico-soignants, ambulanciers, sapeurs-pompiers.

Pour diminuer les risques d’erreurs liés à l’identité des personnes venues aux urgences et dispenser des soins plus sûrs, le CHU de Clermont-Ferrand organise une semaine de sensibilisation à l’identitovigilance du lundi 14 au vendredi 18 décembre 2015. Les modalités et le bien-fondé des procédures seront expliquées et rappelées aux usagers et aux professionnels, personnels médico-soignants, ambulanciers, sapeurs-pompiers.
Le recueil d’identité : une étape cruciale pas toujours respectée
Au départ des chiffres inquiétants : seul un patient sur quatre présente une pièce d’identité lors de son admission aux urgences et dans 80% des cas le dossier personnalisé n’est pas créé à partir d’une pièce d’identité mais de la carte vitale (40% des cas) qui n’a pas valeur d’identité ou de la carte mutuelle (30% des cas). Enfin 40% des admissions font l’objet d’un recueil d’identité sous forme orale auprès du patient, de ses proches ou des professionnels chargés du transport, sapeurs-pompiers et ambulanciers*. Les renseignements incomplets et parfois erronés sont à l’origine de doublons ou collisions et peuvent avoir de graves conséquences médicales : erreurs diagnostiques ou thérapeutiques, soins inadaptés, pertes d’informations, …

Flyer diffusé du 14 au vendredi 18 décembre 2015 sur les 2 sites Estaing et Gabriel Montpied – CHU de Clermont-Ferrand
Bien identifier un patient, c’est garantir le bon acte au bon patient : les procédures d’identitovigilance déployées au CHU de Clermont-Ferrand
La saisie de l’identité du patient et la pose d’un bracelet d’identité constituent les premières étapes indispensables d’un processus qui se prolongera tout au long de son parcours hospitalier par la vérification de son identité lors de chaque acte de soins. Le simple respect de ces règles d’enregistrement limite fortement le risque de survenue d’événements indésirables graves lors d’activités de soins. 
 
*Ces chiffres proviennent d’une enquête observationnelle réalisée en 2015 sur 100 patients au sein du service d’urgences adultes du CHU de Clermont-Ferrand

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.