Imagerie de l’appareil locomoteur : acquisition du nouveau système EOS

Avec l'aide de l'Europe, de la région Bretagne, du Conseil général du Finistère, de Brest métropole océane et de l'Inserm, la plate-forme technologique et clinique du Centre régional hospitalo-universitaire de Brest, Therafonc, dispose d'un tout nouveau système d'imagerie de l'appareil locomoteur dénommé EOS.

Avec l’aide de l’Europe, de la région Bretagne, du Conseil général du Finistère, de Brest métropole océane et de l’Inserm, la plate-forme technologique et clinique du Centre régional hospitalo-universitaire de Brest, Therafonc, dispose d’un tout nouveau système d’imagerie de l’appareil locomoteur dénommé EOS.

Produit par la société française biospace med, sur la base d’une technologie ayant valu le prix Nobel de physique à Georges Charpak en 1992, ce système permet de réaliser simultanément des radiographies numériques corps entier, de face et profil, en l’absence de toute distorsion.

Cet équipement, dont seulement 9 exemplaires existent en France (et moins de 20 dans le monde), est installé dans le service d’Imagerie médicale pédiatrique de l’hôpital Morvan. Il est utilisé pour l’exploration des déformations vertébrales des enfants.

Grâce à une technicité élevée, le système EOS permet une exposition aux rayons X 10 fois moindre qu’un système de radiologie conventionnelle, voire plusieurs centaines de fois moindre qu’un scanner 3D. Il est donc parfaitement adapté au suivi des enfants tout au long de leur croissance.

EOS permet également de réaliser des reconstructions 3D du squelette humain à partir des deux images radiographiques.

Cette capacité tout à fait unique à fournir des mesures 3D à partir d’images effectuées en position debout, fait d’EOS un système particulièrement adapté au bilan pré-opératoire lors de la pose de prothèses totales de hanche ou de genou chez l’adulte.

Utilisé en pratique clinique quotidienne, EOS est également un élément important sur lequel s’appuie la recherche régionale en imagerie médicale.

Il s’intègre en effet dans un ensemble d’équipements de pointe au sein du programme européen Pimatgi (plate-forme d’innovation en imagerie médicale et action thérapeutique guidée par l’image).

Le projet Therafonc sur l’Imagerie thérapeutique fonctionnelle, élément du programme européen Pimatgi, est financée à hauteur de 3 000 000 d’euros dans le cadre du Contrat de projet Etat-Région 2007-2013.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.