Imagerie : nouveaux équipements high tech

Nouvelle salle radio-vasculaire, scanner de dernière génération. L'imagerie diagnostique et interventionnelle de l'hôpital Arnaud de Villeneuve se dote d'équipements de pointe, plus sûrs et plus précis. Avec cet investissement de plus de 2,5 millions d'euros, le CHRU de Montpellier atteint un niveau d’excellence dans le traitement des maladies cardio vasculaires.

Nouvelle salle radio-vasculaire, scanner de dernière génération. L’imagerie diagnostique et interventionnelle de l’hôpital Arnaud de Villeneuve se dote d’équipements de pointe, plus sûrs et plus précis. Avec cet investissement de plus de 2,5 millions d’euros, le CHRU de Montpellier atteint un niveau d’excellence dans le traitement des maladies cardio vasculaires.
 
Dans la nouvelle salle radio-vasculaire, un tube à rayon X disposé sur des arceaux mobiles permet de visualiser un plus grand nombre d’artères, de manière plus rapide et en émettant moins de radiations. Dans cette unité ultra moderne, les données du patient issues d’images de scanner et d’IRM peuvent être fusionnées et l’observation du geste interventionnel se fait en direct : avancée d’une aiguille, trajet d’un cathéter, etc. Le guidage très précis et en 3 dimensions se déroule en temps réel. Grâce à cette technique il est possible de réaliser l’embolisation (occlusion) de petites artères sinueuses pour traiter les adénomes de la prostate par exemple. Les patients reçoivent des doses réduites de rayons X et de produits de contraste.
Installée fin novembre 2015, cette nouvelle salle radio-vasculaire de pointe a nécessité un investissement de 1,7 millions d’euros : 662 000 € pour les travaux et 1,13 millions d’euros pour l’équipement. 2 000 patients seront accueillis par an dont un nombre de plus en plus important de sujets jeunes.
Principaux actes effectués : embolisation des fibromes utérins, des varices pelviennes, des malformations veineuses, etc.  
 
Un nouveau scanner doté de la plus haute technologie
Exploration des maladies du cœur, du thorax et des vaisseaux chez l’adulte, les enfants et même les " tout petits". Le nouveau scanner lui aussi beaucoup moins irradiant, délivre une image de meilleure qualité pour des temps d’examen réduits. Au lieu d’être fixe, comme dans un appareil d’imagerie conventionnelle, le tube de rayons X tourne autour du patient, pendant que le lit avance pour balayer la partie anatomique à explorer. Les images sont reconstruites grâce à un système informatique puissant.
En plus des scanners « diagnostiques », la nouvelle salle de scanner a été aménagée pour effectuer tous les gestes de radiologie interventionnelle pulmonaire nécessitant un guidage très prècis comme la ponction ou le traitement des tumeurs.
Les multiples applications du scanner diagnostique
Avec ce scanner, il est possible de détecter des anomalies du cerveau, de la cage thoracique, de l’abdomen ou encore des os qui ne sont pas visibles sur des radiographies classiques ou à l’échographie. L’examen met  en évidence des infections, l’hémorragie, les kystes, les tumeurs, les ganglions, localise avec précision un organe par rapport à un autre, définit le trajet d’un vaisseau et guide les ponctions d’organes profonds, évitant une intervention chirurgicale. La dose de rayonnement reçue par le patient est  particulièrement réduite, ce qui permet de pratiquer des examens non réalisés aujourd’hui (coroscanners notamment).
 
Installé fin septembre 2015, ce nouveau scanner est un équipement majeur du CHRU de Montpellier. Il a nécessité un investissement de 872 000 € : 721 000 € pour les travaux et 152 000 € pour les équipements. Cet équipement de dernière génération dispose de la plus haute technologie implémentée sur un scanner.
 
10 000 patients bénéficieront de cet équipement chaque année.
 
Ce scanner sera également utilisé en tant que un site de formation et de recherche médicale pour les maladies du cœur, du poumon et des vaisseaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.