Implantation cochléaire bilatérale simultanée chez l’enfant : une 1ère en Lorraine

Une implantation cochléaire bilatérale simultanée a été réalisée par l’unité ORL pédiatrique du CHU de Nancy dirigée par le Dr Laurent Coffinet, fin mai 2013 au bloc opératoire de l’Hôpital d’Enfants. Atteint d’une surdité congénitale sévère à profonde bilatérale (touchant les deux oreilles), c’est un enfant de 2 ans qui en a bénéficié. Cette première régionale s’est déroulée dans d’excellentes conditions avec des suites simples. Les tests électrophysiologiques per opératoires ont montré un bon fonctionnement des 2 implants et des réponses des 2 nerfs auditifs efficaces. L'enfant a pu retrouver son domicile 2 jours après l’intervention.

Une implantation cochléaire bilatérale simultanée a été réalisée par l’unité ORL pédiatrique du CHU de Nancy dirigée par le Dr Laurent Coffinet, fin mai 2013 au bloc opératoire de l’Hôpital d’Enfants. Atteint d’une surdité congénitale sévère à profonde bilatérale (touchant les deux oreilles), c’est un enfant de 2 ans qui en a bénéficié.  Cette première régionale s’est déroulée dans d’excellentes conditions avec des suites simples. Les tests électrophysiologiques per opératoires ont montré un bon fonctionnement des 2 implants et des réponses des 2 nerfs auditifs efficaces. L’enfant a pu retrouver son domicile 2 jours après l’intervention.
Réalisée au CHU de Nancy, Centre référent régional dans la pose des implants cochléaires, cette opération est une 1ère en Lorraine, car jusqu’à présent elle se pratiquait en 2 interventions espacées d’au moins 6 mois.
Les avantages de l’implantation bilatérale
1 seule intervention donc une durée totale d’opération plus courte, un plus grand confort pour l’enfant, des réglages plus simples, une stimulation du cortex auditif plus proche de la normale, autorisant une réhabilitation optimisée de l’audition des deux oreilles, pour une véritable perception stéréophonique de l’enfant.
Réalisée suffisamment tôt et associée à une rééducation adaptée intensive, l’implantation bilatérale donne à l’enfant la possibilité d’accéder à des compétences langagières (compréhension et expression à l’oral et plus tard à l’écrit) semblables à celle des enfants normo entendants de même niveau cognitif, à âge identique. Elle améliore les performances langagières et l’intelligibilité (capacité de comprendre la parole) meilleure dans le bruit (en milieu scolaire par exemple) ainsi que la capacité de localiser l’origine d’un son dans l’espace.
Cette première régionale s’est déroulée dans d’excellentes conditions avec des suites simples. Les tests électrophysiologiques per opératoires ont montré un bon fonctionnement des 2 implants et des réponses des 2 nerfs auditifs efficaces.
Le contrôle clinique à J+8 est parfait, sans aucune complication, ni effets secondaires. Dans les prochaines semaines, la partie externe de l’implant sera mise en place et les premiers réglages seront réalisés par l’équipe d’audiophonologie du service ORL du CHU sous la responsabilité du Dr Bettina Montaut-Vérient, équipe qui a réalisé le bilan pré implant de l’enfant.
L’activité d’implantation cochléaire de l’enfant a débuté en 2001 au CHU de Nancy. Elle bénéficie d’un agrément spécifique délivré par le ministère de la santé imposant qu’elle soit réalisée par des opérateurs expérimentés pratiquant la chirurgie otologique infantile régulièrement. En France, l’implantation bilatérale n’est pas systématique à la différence de ses voisins européens (Royaume-Uni, Allemagne, Belgique ou encore Italie). L’implant dont le coût s’élève à 22 000 € (16 000 pour la partie interne mise en place chirurgicalement et 6 000 pour la partie externe) est entièrement pris en charge par la Sécurité sociale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.