Implantation d’une valve cardiaque par voie non chirurgicale…

Il y a 3 ans, le Pr Cribier, Chef du service de cardiologie du CHU de Rouen, réalisait une première mondiale en implantant une valve cardiaque par voie non chirurgicale. Le 4 octobre dernier l'une des premières patientes implantées (86 ans) revenait à Rouen pour fêter le succès de son intervention.

Il y a 3 ans, le Pr Cribier, Chef du service de cardiologie du CHU de Rouen, réalisait une première mondiale en implantant une valve cardiaque par voie non chirurgicale. Le 4 octobre dernier l’une des premières patientes implantées (86 ans) revenait à Rouen pour fêter le succès de son intervention.

Les remplacements valvulaires aortiques sans lourde chirurgie thoracique ont un réel intérêt pour de multiples raisons, incluant le viellissement de la population.

Les patients implantés entre 2002 et 2004 étaient tous des sujets traités en « compassionnel » (pour des raisons de régulation française), c’est à dire qu’ils étaient mourants, avec un espoir de survie ne dépassant pas quelques heures à quelques jours, et bien sûr totalement inopérables.

De cette première période, 9 patients ont dépassé les 2 ans et vont très bien. La technique a bien sur évolué. Elle est devenue beaucoup plus simple, plus sécurisante, et le matériel a également changé.

Plus de 100 patients ont été implantés ailleurs qu’à Rouen avec des résultats remarquables, au Canada d’abord, puis aux USA et en Allemagne.

En 2006, avec plus de 260 valves implantées, ce projet purement rouennais est en train de s’étendre de façon impressionnante dans le monde, avec en outre l’appuis des chirurgiens cardiaques. Car une nouvelle approche a été mise au point pour utiliser cette valve par une voie mini-mini invasive (déjà plus de 80 implantations ont été réalisées par des chirurgiens américains, allemands et autrichiens).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.