« In Their Shoes », une expérience innovante au CHU de Bordeaux

Vivre dans la peau d'un patient atteint de maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI) pendant 48 heures, c'est le challenge que s'apprêtent à vivre 36 professionnels du service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive du CHU de Bordeaux les 15 et 16 janvier 2019. Au programme : 70 challenges, 1 kit MICI avec des accessoires, des interactions en direct avec des acteurs, une application smartphone et un avatar…
Vivre dans la peau d’un patient atteint de maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) pendant 48 heures, c’est le challenge que s’apprêtent à vivre 36 professionnels du service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive du CHU de Bordeaux les 15 et 16 janvier 2019. Au programme : 70 challenges, 1 kit MICI avec des accessoires, des interactions en direct avec des acteurs, une application smartphone et un avatar… 

In Their Shoes est une simulation par jeu de rôle développée par le laboratoire Takeda (1), avec le soutien de l’Association François Aupetit, AFA Crohn RCH France (2). Ce programme vise à faire vivre une expérience en vie réelle à des équipes, leur faire toucher du doigt la vie d’un patient atteint de MICI et leur faire prendre conscience des conséquences que cette maladie entraîne au quotidien, de la difficulté pour la gérer et de son impact aussi bien dans sa vie personnelle que professionnelle.
Grâce à cette expérience, les professionnels du service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive du CHU de Bordeaux vont vivre une expérience unique et comprendre le quotidien des 200 000 personnes touchées par cette affection en France. Un débriefing aura lieu à l’issue de l’expérience, le 16 janvier de 18 heures à 19 heures dans le service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive.

Maladie de Crohn et rectocolite hémorragique

Les MICI sont constituées de la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH). Avec un pic de diagnostic chez les 15–35 ans et 20% de cas pédiatriques, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin évoluent souvent par poussées (phases d’activités d’intensité variable) entrecoupées de périodes de rémissions (périodes calmes, sans symptômes). Les principales manifestations sont intestinales : douleurs abdominales, diarrhées (avec ou sans émissions sanglantes), atteinte(s) de la région anale. Souvent, l’état général est également dégradé (asthénie, manque d’appétit, fièvre…). Les origines demeurent méconnues. Mais il est maintenant établi qu’elles surviennent à la faveur de facteurs environnementaux, au premier rang desquels figure le tabac, chez des personnes ayant une prédisposition génétique. Le rôle de la flore intestinale, désormais dénommée microbiote, semble ici crucial. Il pourrait faciliter l’apparition de l’inflammation intestinale. Dans l’ensemble, les symptômes digestifs et extra-digestifs d’inflammation chronique vont avoir des répercussions majeures sur la vie quotidienne, professionnelle, familiale ou sexuelle des patients.

L’expertise du CHU de Bordeaux

Depuis plus de 20 ans, le service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive CHU de Bordeaux s’est investi dans la prise en charge des patients atteints de MICI. Le Centre Médico-Chirurgical Magellan de l’Hôpital Haut-Lévêque est désormais un centre dont l’expertise est reconnue dans ce domaine à l’échelon national. L’équipe du Pr Laharie suit actuellement près de 2.000 patients atteints de maladie de Crohn ou de RCH à la fois en consultation, en hôpital de jour pour les malades recevant des traitements intraveineux ou, en hospitalisation conventionnelle en cas de poussée sévère ou de complication. Le service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive collabore au quotidien dans le suivi des malades avec le service de Chirurgie digestive et endocrinienne (Pr Rullier et Dr Denost), ainsi qu’avec les proctologues, radiologues, anesthésistes ou pédiatres spécialisés dans le domaine des MICI. Des réunions de formation et des ateliers d’éducation thérapeutiques sont régulièrement organisés dans le service, avec la participation de patients experts de l’afa Crohn RCH. Enfin, le service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive du CHU de Bordeaux participe à de nombreux protocoles de recherche clinique permettant aux malades d’avoir accès à de nouvelles stratégies thérapeutiques ou à des traitements innovants.
A lire sur le même sujet : 24h dans la peau d’une personne atteinte d’une maladie de Crohn ou d’une rectocolite hémorragique.
(1) Leader mondial dans le domaine de la gastroentérologie et fort d’une expérience de plus de 30 ans, Takeda est une entreprise pharmaceutique globale centrée sur la recherche et le développement de médicaments innovants pour améliorer la santé des patients. Takeda concentre ses efforts de recherche en oncologie, gastroentérologie et les maladies du système nerveux central
(2) Aux côtés des malades de Crohn et de RCH depuis 35 ans, l’afa Crohn RCH France est la seule association nationale reconnue d’utilité publique qui soutient à la fois les malades et leurs proches et la recherche médicale. Elle se bat également pour améliorer la qualité de vie sociale, professionnelle, familiale des malades et les représente pour défendre leurs droits

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.