Inauguration de la Maison de la Recherche Clinique

Le CHU d'Angers, dispose des atouts nécessaires au développement de la recherche clinique : des compétences et des expertises médicales et universitaires, un plateau technique de pointe et des patients susceptibles de participer aux essais cliniques. Pour coordonner ces activités, des experts des études de recherche clinique sont regroupés au sein de la Maison de la Recherche Clinique.

Le CHU d’Angers, dispose des atouts nécessaires au développement de la recherche clinique : des compétences et des expertises médicales et universitaires, un plateau technique de pointe et des patients susceptibles de participer aux essais cliniques. Pour coordonner ces activités, des experts des études de recherche clinique sont regroupés au sein de la Maison de la Recherche Clinique.

La recherche en Santé dans les CHU est une mission indissociable de l’activité de soins et de formation. Elle est le passage obligé pour que les découvertes du laboratoire arrivent jusqu’au lit patient.

Avec plus de 65 000 hospitalisés par an et pas moins de 250 000 consultants, le CHU d’Angers est un site privilégié pour développer la recherche clinique au service de la population. Les compétences et l’expertise des équipes du CHU et de l’université d’Angers constituent un facteur essentiel dans le développement de la recherche sur la région. De fait, compétences soignantes, médicales, chirurgicales, biologistes et universitaires se retrouvent au CHU d’Angers.

Le développement de la recherche institutionnelle rencontre, à Angers, un succès certains. Ainsi à titre d’exemple, depuis 2000, ont été conduits sur le site du CHU pas moins de 52 projets hospitaliers de recherche clinique dont 6 de niveau national et plus de 450 essais thérapeutiques en lien avec des prestataires extérieurs au CHU. En 2004, il faut noter le financement de 3 programmes hospitaliers de recherche clinique (PHRC) nationaux sur 4 dossiers présentés. Ce score record a placé, en 2004, Angers premier CHU de France à l’aune du nombre de projets retenus par rapport au nombre de projets présentés.

C’est dans cet environnement particulièrement favorable que la Maison de la Recherche Clinique a été inaugurée, au CHU d’Angers, le vendredi 11 mars. Cette infrastructure spécialisée permettra de promouvoir et structurer les études, d’assister les promoteurs et les investigateurs et d’assurer le respect de l’éthique. Au CHU d’Angers, ce sont 3 structures clés qui ont été regroupées sous un même toit pour former la Maison de la Recherche Clinique :

– le centre de recherche clinique (CRC),*
– le comité consultatif de protection des personnes se prêtant à la recherche biomédicale (CCPPRB)
– la délégation régionale à la recherche clinique (DRRC)

La « Maison de la Recherche Clinique » témoigne de la dynamique « recherche » du pôle santé angevin. Elle a été inaugurée le 11 mars 2005.

Pour l’anecdote : Le CRC participera cette année à un test de matériel médical destiné aux cosmonautes de la station internationale et développé par le CNES.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.