Inauguration de l’Institut de biologie et de pathologie

27 500 m2, 60 biologistes et 325 agents au service du patient, de la recherche et de la formation. Moderne, novateur, l'Institut de Biologie et de Pathologie (IBP) a été inauguré le 24 juin 2011. Implanté sur le site nord du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble, il s’impose comme le plateau technique de biologie médicale le plus important de l’agglomération grenobloise et de l’arc alpin.

27 500 m2,  60 biologistes et 325 agents au service du patient, de la recherche et de la formation. Moderne, novateur, l’Institut de Biologie et de Pathologie (IBP) a été inauguré le 24 juin 2011. Implanté sur le site nord du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble, il s’impose comme le plateau technique de biologie médicale le plus important de l’agglomération grenobloise et de l’arc alpin. 
A la fois centre d’analyses médicales et d’évaluation des nouvelles technologies, l’Institut de biologie et pathologie se définit aussi comme un lieu d’échanges entre équipes de recherche et équipes médicales et comme un centre de formation.
L’ouvrage de l’architecte Michel Rémon comprend quatre niveaux dédiés aux activités des spécialités biologiques et d’anatomocytopathologie, et un niveau d’accueil et de plateau technique centralisé. Entre juin et septembre 2010, plus de 400 médecins, biologistes, internes et professionnels non médicaux ont investi le nouveau bâtiment de 27 500 m2 regroupant l’ensemble des laboratoires autrefois dispersés dans l’hôpital Michallon.
Une garantie de qualité sans cesse augmentée
L’Institut de biologie et pathologie permet de mutualiser les moyens humains et technologiques dans un environnement de travail moderne. Dans le plateau technique centralisé, le traitement préanalytique et analytique des échantillons est effectué sur une chaîne robotisée de grande taille, capable de traiter 98 % des tubes arrivant à l’IBP avec une cadence de 400 tubes/heure. Le regroupement de quatre technologies d’analyse sur la même chaîne en fait un équipement unique à ce jour. Un système de liaison pneumatique très performant relie les services cliniques du CHU à l’Institut, permettant un acheminement ultra rapide des prélèvements. Le service rendu aux patients hospitalisés ou aux consultants est amélioré, par des résultats rendus plus rapidement.
L’IBP est également un outil exceptionnel au service de la recherche scientifique et de l’innovation, à travers la création de plateformes transversales ou spécialisées équipées de matériel de très haut niveau technologique.
L’opération de 55 millions d’euros (travaux, équipements et système d’information compris) est entièrement autofinancée par le CHU, par une évolution et requalification des effectifs et des économies sur les réactifs.
 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.