Inauguration de l’IRM à 7 Tesla de l’hôpital de la Timone à Marseille

L'IRM ultra haut champ à 7 Tesla installé sur le site de la Timone à Marseille est prêt à recevoir les premiers patients. Un symposium international s'est tenu le 22 et 23 septembre, à l'occasion de son inauguration.
L’IRM ultra haut champ à 7 Tesla installé sur le site de la Timone à Marseille est prêt à recevoir les premiers patients. Un symposium international s’est tenu le 22 et 23 septembre 2016, à l’occasion de son inauguration. 
Avec cet IRM à 7 Tesla, le Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale (CRMBM) de la Timone héberge sur son site hospitalier un équipement d’imagerie sans équivalent en France.  
Les développements méthodologiques réalisés depuis la livraison de l’équipement permettent aujourd’hui l’exploration du cerveau, de la moelle épinière, du cœur, des muscles, du cartilage et des os à ultra-haute résolution. Le CRMBM est actuellement le seul centre au monde à avoir développé des protocoles d’exploration IRM de différents noyaux d’atomes dans l’ensemble de ces organes permettant de mesurer leur structure et leur fonction de façon inégalée. Ces outils sont maintenant prêts à être utiliser chez les patients pour mieux comprendre et mieux diagnostiquer de façon totalement non-invasive les maladies neurologiques, psychiatriques, rhumatologiques et cardio-vasculaires notamment.
Inauguré officiellement le 23 septembre 
Cet appareil d’IRM à 7T de dernière génération a été inauguré le 23 Septembre 2016 au CEMEREM (Centre d’Exploration Métabolique par Résonance Magnétique) à l’hôpital de la Timone. Dans le même temps, un symposium international a réuni les leaders mondiaux du domaine. Ils ont partagé leur expérience et les perspectives de recherche et d’applications cliniques de l’IRM à très-haut champ magnétique.
Cette nouvelle plateforme d’IRM unique en France est largement ouverte aux collaborations locales, nationales et internationales, ainsi qu’aux partenaires industriels (instrumentation en imagerie, dispositifs médicaux, médicaments, nutrition …). Elle conforte l’avancée de Marseille dans le domaine de l’imagerie du vivant par IRM. Sur une base installée d’environ 30 000 appareils d’IRM dans le monde, seule une cinquantaine d’appareils est à ce jour équipée d’aimant à 7 Tesla, dont une douzaine en Europe.
Coût total : 14 millions d’euros
Lauréat de l’appel d’offres EQUIPEX 2011 (Equipements d’Excellence) du programme national "Investissements d’Avenir", le projet baptisé 7T-AMI (7T-Aix-Marseille Initiative) a été porté par le Pr Maxime Guye, directeur médical du CRMBM-CEMEREM et initié par le Pr Patrick Cozzone. Il est coordonné par Aix-Marseille Université, et regroupe le CNRS, l’Assistance Publique- Hôpitaux de Marseille et la société Siemens Healthcare dans le cadre d’un partenariat régi par un accord de consortium.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.