Inauguration de l’Unité d’Accueil des Jeunes Victimes

Le CHR d'Orléans vient d'inaugurer son Unité d'Accueil des Jeunes Victimes (U.A.J.V.) dans des locaux du département de la pédiatrie, sur Porte Madeleine. Ce projet préparé de longue date est fondé sur une réflexion menée autour de la prise en charge des enfants maltraités. L'équipe a eu le souci d'aménager un espace accueillant et rassurant (mobilier, décoration ou jouets adaptés) afin de réduire le stress provoqué par l'arrivée dans ce nouvel environnement. Chaque année, l'unité reçoit plus d'une centaine de jeunes victimes de mauvais traitements.

Le CHR d’Orléans vient d’inaugurer son Unité d’Accueil des Jeunes Victimes (U.A.J.V.) dans des locaux du département de la pédiatrie, sur Porte Madeleine. Ce projet préparé de longue date est fondé sur une réflexion menée autour de la prise en charge des enfants maltraités. L’équipe a eu le souci d’aménager un espace accueillant et rassurant (mobilier, décoration ou jouets adaptés) afin de réduire le stress provoqué par l’arrivée dans ce nouvel environnement. Chaque année, l’unité reçoit plus d’une centaine de jeunes victimes de mauvais traitements.

Historiquement, la prise en charge des enfants nécessitant une protection immédiate, est une activité très présente au sein des différentes unités d’hospitalisation de pédiatrie : urgences, pédiatrie générale, néonatalogie. A diverses reprises, le département de pédiatrie a constaté de réels besoins en terme d’accueil en consultation externe pour des enfants ne nécessitant pas une protection d’urgence en hospitalisation.
En effet, les différents professionnels de la prise en charge de la maltraitance (au sein du département de pédiatrie) sont de plus en plus souvent sollicités : réquisition judiciaire pour examen médical et/ou psychologique, demande d’évaluation d’une situation non urgente par un professionnel de santé, demande de consultation par un parent…

Il a donc fallu créer une structure capable de prendre en charge les enfants maltraités (quel que soit le type de maltraitance) dans leur globalité, en leur proposant une prise en charge multidisciplinaire en externe, en associant un pédiatre et une psychologue, le tout dans un lieu adapté pour accueillir ces enfants. Il existe très peu d’unités de ce genre en France, notamment à Paris, Dijon, Rennes, et à ce jour, aucune obligation légale ou réglementaire n’impose de tels dispositifs dans les établissements de santé.

Cette unité fonctionne depuis près de deux ans au CHR, mais elle s’est structurée depuis la fin 2009 avec la fixation de deux plages d’ouvertures spécifiques chaque semaine et l’identification d’une équipe pluri professionnelle complète.

L’U.A.J.V. fera partie intégrante du département de pédiatrie mais dans des locaux spécifiques.

Activité de l’U.A.J.V.

Depuis janvier 2010 :
– 21 enfants ont fait l’objet d’une réquisition,
– 3 enfants ont fait l’objet d’informations préoccupantes,
– 3 enfants ont fait l’objet d’un signalement judiciaire
– 3 enfants ont fait l’objet d’une expertise

En 2009 :
– 72 enfants ont fait l’objet d’une réquisition,
– 20 enfants ont fait l’objet d’informations préoccupantes,
– 23 enfants ont fait l’objet d’un signalement judiciaire
– 2 enfants ont fait l’objet d’une expertise

En 2008 :
– 26 enfants ont fait l’objet d’une réquisition,
– 19 enfants ont fait l’objet d’informations préoccupantes,
– 22 enfants ont fait l’objet d’un signalement judiciaire
– 1 enfant a fait l’objet d’une expertise

L’Hôpital d’Orléans en 2008, en quelques chiffres
– 6 sites dont 2 de court séjour (338 lits à Porte Madeleine, 587 lits à La Source), et 4 établissements d’accueil des personnes âgées (522 lits au total + 58 lits en Soins de Suite et de Réadaptation à Saran).
– 3 écoles : l’Institut de Formations Paramédicales (infirmières, aides-soignants, puéricultrices…), l’Institut de Formation en Masso-kinésithérapie, et le Centre d’Enseignement de Soins d’Urgence (CESU)
– 70 505 entrées en court séjour, 18 492 interventions chirurgicales, 86 885 passages aux urgences, 4 288 naissances
– 4 485 personnels dont 441 médecins et internes

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.