Inauguration du Centre Collaborateur de l’OMS sur l’asthme et la rhinite

Le 13 février 2002 le CHU de Montpellier a inauguré le Centre Collaborateur de l'OMS pour l'Asthme et la Rhinite situé à l'hôpital Arnaud de Villeneuve. Le Centre Collaborateur de l'OMS sur l'asthme et la rhinite est rattaché au Service des Maladies Respiratoires du CHU de Montpellier et à l'Unité de recherche INSERM 454. Actuellement, il n'existe que deux centres collaborateurs de l'OMS pour l'asthme, l'un à Gand (Belgique) et l'autre à Montpellier.

Allergies et asthme : l’évolution

Les affections allergiques et l’asthme représentent un problème de santé publique dans les pays occidentaux. Il y a plus de 30% de la population française qui souffre d’une affection allergique (rhinite, asthme, maladie de la peau, conjonctivite) et, en raison de l’augmentation constante de l’allergie, il est vraisemblable que dans une génération il y aura plus de français souffrant d’allergie que de sujets non allergiques.

L’allergie peut être sévère et il ne faut que rappeler que 2000 asthmatiques meurent chaque année en France.

Il y a de nombreux chocs allergiques induits par les insectes, les aliments et surtout les médicaments. Même si une pathologie comme la rhinite n’est pas sévère, elle a souvent une répercussion sur la qualité de vie, le travail scolaire et même l’aptitude au travail. L’asthme est une des causes les plus fréquentes de l’absentéisme professionnel et scolaire. Les coûts pour la santé sont élevés et l’on estime que dans les pays occidentaux, 1 à 2% des coûts sont induits par les pathologies allergiques et l’asthme. Enfin, ces coûts augmentent plus vite que la moyenne annuelle. Les affections allergiques et l’asthme ne touchent cependant pas seulement les pays développés : il existe aussi une épidémie dans les pays en voie de développement. Certes tous les pays ne sont pas touchés au même rythme, mais il est certain que lorsque le niveau de vie d’un pays augmente, l’allergie explose.
C’est le cas par exemple des pays d’Europe de l’Est où l’allergie était rare avant la chute du mur de Berlin et où sa fréquence est actuellement identique dans tous les landers allemands. En Asie du Sud Est, la fréquence de l’allergie est peut être plus importante qu’en Europe. Enfin, tous les pays africains sont touchés par cette épidémie dès que les habitants migrent des campagnes vers la ville ou en zone péri-urbaine. Il convient donc de mieux connaître les raisons de cette augmentation de la fréquence qui s’accompagne aussi d’une augmentation de la sévérité. Buts, missions et actions du Centre Collaborateur

Les buts du centre collaborateur sont importants en santé publique.

Les travaux de ce centre devraient permettre d’améliorer la prise en charge de l’asthme et de la rhinite grâce à une meilleure utilisation des traitements actuellement disponibles et de proposer pour le futur des traitements mieux adaptés aux pays en voie de développement. Le centre doit coordonner des études qui apprécieront l’efficacité des traitements de l’asthme et de l’allergie pour une meilleure prise en charge avec une réduction des coûts pour la santé. « Avec l’aide de médecins africains, nous apprécions la fréquence de l’asthme et de la rhinite dans les pays du Maghreb et en Afrique tropicale. Nous tentons aussi de réfléchir aux meilleures modalités de diagnostic de traitement de l’asthme, et des autres pathologies respiratoires chroniques, dans ces pays », dit Jean Bousquet, Directeur du Centre.

Le Centre Collaborateur va faciliter l’utilisation de médicaments efficaces mais encore peu abordables dans les pays à faible revenu.

Les actions du Centre Collaborateur sont réalisées au sein du CHU et de l’Unité INSERM 454 avec des collaborations multiples en France comme à l’étranger. La création du Centre Collaborateur coïncide avec le détachement à temps partiel du Professeur Jean Bousquet à l’Institut Pasteur pour diriger le Programme transversal d’Allergologie. Un lien particulièrement fort a aussi été tissé avec un Laboratoire de Palerme pour mieux mettre en oeuvre notre politique de santé publique dans les pays africains.

Médecine et santé publique

Le Centre Montpelliérain associe des actions en médecine, en santé publique et en recherche. Le Professeur Jean Bousquet, Directeur de l’ONG ARIA (rhinite allergique et son impact sur l’asthme) a été nommé Directeur du Centre.
Plusieurs autres membres de la Faculté de Médecine et du CHU de Montpellier en font aussi partie. Il s’agit des Professeurs Philippe Godard (Maladies Respiratoires), Jean-Pierre Daurès (Institut Universitaire de Recherche Clinique), Jacques Clot (Laboratoire d’Immunologie), Louis Crampette et Michel Mondain (ORL), Jacques Mercier (Laboratoire de Physiologie clinique) et du Docteur François Counil (Pédiatrie).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.