Inauguration du Centre de Consultations Spécialisées

Le tout nouveau Centre de consultations spécialisées de l'AP-HM, situé dans l'hôpital Ste Marguerite, vient d'ouvrir ses portes. Ce Centre, véritable service de proximité ouvert au grand public, propose des consultations dans plusieurs disciplines : Urologie, Cardiologie et Chirurgie vasculaire (échographie et doppler des vaisseaux), Pneumologie, Ophtalmologie, Orthoptie, ORL, Gynécologie, Hépato-Gastro-entérologie, Chirurgie digestive.

Le tout nouveau Centre de consultations spécialisées de l’AP-HM, situé dans l’hôpital Ste Marguerite, vient d’ouvrir ses portes. Ce Centre, véritable service de proximité ouvert au grand public, propose des consultations dans plusieurs disciplines : Urologie, Cardiologie et Chirurgie vasculaire (échographie et doppler des vaisseaux), Pneumologie, Ophtalmologie, Orthoptie, ORL, Gynécologie, Hépato-Gastro-entérologie, Chirurgie digestive.

Les patients peuvent y être suivis par une quinzaine de médecins spécialistes hospitalo-universitaires de l’AP-HM.

Le Centre, situé dans des locaux flambants neufs, accueille les patients sur une large plage horaire, de 8 heures à 19 heures. Une attention particulière est apportée pour limiter l’attente avec un accueil administratif au sein même du Centre. Le stationnement est facilité avec un parking réservé à proximité immédiate.

Le Centre de consultations profite par ailleurs de la présence d’un service d’imagerie médicale et d’un laboratoire pour réaliser immédiatement les examens nécessaires.

L’ouverture de ce Centre est une étape dans la mutation des Hôpitaux Sud qui s’orientent vers une offre de soins centrée sur le mouvement et la réadaptation afin de répondre aux défis de santé publique que sont le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques…

Le Centre de Consultations Spécialisées en chiffres
9 disciplines
Une quinzaine de médecins spécialistes
Equipe non médicale : 1 cadre mi-temps, 6 infirmières, 2 aides-soignantes, 2 personnels de service ,1 orthoptiste, 2 secrétaires médicales
100 000 ? de travaux de rénovation en 2010
150 000 ? de matériel biomédical prévus en 2011
Un numéro d’appel unique pour les rendez-vous : 04 91 74 65 65 (de 8 h à 19 h)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.