Inauguration du CIC de biothérapie de Nantes

Inauguré le 9 juin dernier, le centre d'investigation clinique (CIC) de biothérapie associe chercheurs, cliniciens et industriels autour de la thérapie génique ou cellulaire et des transplantations.

Inauguré le 9 juin dernier, le centre d’investigation clinique (CIC) de biothérapie associe chercheurs, cliniciens et industriels autour de la thérapie génique ou cellulaire et des transplantations.

En proposant une offre globale allant du biodiagnostic au biomédicament, le CIC de biothérapie créé en 2005 assure la liaison entre la recherche fondamentale poursuivie par l’institut fédératif de recherche (IFR 26) et la recherche clinique menée au CHU de Nantes.
Il facilite aussi la relation entre industrie et recherche et apporte aux équipes, dès la phase préparatoire de leurs projets puis au cours de leur réalisation et de leur suivi, un soutien logistique, scientifique et réglementaire.

La nouvelle structure, intégrée au pôle compétitivité régional Atlantic biothérapies et animée par le professeur Brigitte Dréno, vient de rejoindre les CIC d’hépato-gastro-entérologie, de cardiologie, de neurologie et de pédiatrie au sein du centre d’investigation clinique du CHU.

Cet organisme présidé par le professeur Philippe Damier est, comme le souligne Christian Bréchot, directeur général de l’Institut national de la santé et de la recherche (Inserm), « très bien classé au plan national. Cela tient à la vitalité nantaise, aux forces de l’Inserm, de la clinique, de l’université, encouragées et accompagnées par la ville et la région.

Ce CIC s’inscrit aussi dans l’Europe. L’avenir de la recherche clinique passera par les projets et les réseaux européens ».

Le centre participe actuellement à 132 protocoles de soin, dont quinze en thérapie génique ou cellulaire. En 2005, 1 142 patients ont été inclus dans des essais cliniques et les chercheurs ont publié vingt articles originaux dans des organes scientifiques. Le CIC, qui dispose de dix lits d’hospitalisation réservés à la recherche médicale, compte l’équivalent de seize emplois à plein temps, et deux chercheurs de l’Iserm y sont spécialement affectés.

Un centre dédié à la cancérologie-hématologie rejoindra cette année le CIC de Nantes qui emménagera en janvier prochain, avec les autres structures d’appui à la recherche (délégations régionale et interrégionale à la recherche clinique, cellule de promotion), dans la maison de la recherche clinique sur l’îlot Delrue, sur le même site que le cancéropôle grand Ouest et la nouvelle administration déléguée de l’Inserm.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.