Inauguration du cytomètre trieur de cellules haute performance

La plateforme de cytométrie en flux du CHU de Clermont‐Ferrand vient d’acquérir un automate analyseur/trieur de dernière génération* pour un montant de 550 000 euros grâce à un soutien financier réunissant le CHU de Clermont‐Ferrand, la Région Auvergne, la Fondation ARC et le FEDER. Le nouvel équipement est installé service d’Hématologie biologique du CHU Estaing.

La plateforme de cytométrie en flux du CHU de Clermont‐Ferrand vient d’acquérir un automate analyseur/trieur de dernière génération*  pour un montant de 550 000 euros grâce à un soutien financier réunissant le CHU de Clermont‐Ferrand, la Région Auvergne, la Fondation ARC et le FEDER. Le nouvel équipement est installé service d’Hématologie biologique du CHU Estaing.
 
La cytométrie en flux
Dans tous les organes, plusieurs populations de cellules assurent chacune une fonction particulière. Analyser comment ces cellules remplissent leur rôle, comment elles interagissent entre elles, et quels sont les mécanismes de régulation, est indispensable pour comprendre la physiopathologie des maladies affectant un organe (leucémies, pathologies de la neurologie, de le reproduction humaine, maladies rares comme la maladie de Gaucher). Reste que l’identification d’une sous‐population de cellules s’avère délicate. Elle peut-être effectuée à partir des molécules exprimées à leur surface, sorte de de carte d’identité : la cytométrie en flux. Cette technique consiste à faire défilier les cellules une à unedevant un ou plusieurs lasers, drainées par un flux liquidien (analyse en flux).
Dans la plupart des tissus, les cellules d’intérêt sont étroitement mêlées à d’autres cellules. Aussi, l’étude des caractéristiques d’une sous‐population particulière nécessite-t-elle d’isoler les cellules de façon à obtenir une population pure. Là encore, la cytométrie en flux permet, grâce aux dernières générations d’automates, de trier les cellules avec une grande pureté (> 99 %).

Cette capacité à effectuer une double opération, l’analyse multiparamétrique et le tri d’un nombre important de cellules vivantes, fait de cet automate un équipement d’exception. 
 
La mise à disposition de cette expertise facilitera les activités de recherche dans le domaine de la santé en Auvergne.
 
* de marque FACSAria SORP 5 lasers, Becton Dickinson

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.