Inauguration du nouveau centre hépato-digestif médical.

Le 20 avril 2006, en présence de M. Edmond Hervé, maire de Rennes - Président du conseil d'administration, le CHU a inauguré un nouvel ensemble, le centre hépato-digestif médical. Ce centre permet de regrouper en un seul lieu géographique le service des maladies de l'appareil digestif et celui des maladies du foie. Cette opération de grande ampleur permet le partage de moyens techniques tels que plateaux techniques performants, soins intensifs et la mise en commun d'organisation tout en préservant la spécificité des deux disciplines.

Le 20 avril 2006, en présence de M. Edmond Hervé, maire de Rennes – Président du conseil d’administration, le CHU a inauguré un nouvel ensemble, le centre hépato-digestif médical.
Ce centre permet de regrouper en un seul lieu géographique le service des maladies de l’appareil digestif et celui des maladies du foie. Cette opération de grande ampleur permet le partage de moyens techniques tels que plateaux techniques performants, soins intensifs et la mise en commun d’organisation tout en préservant la spécificité des deux disciplines.

Ce regroupement obéit à plusieurs objectifs. Le premier est hospitalo-universitaire : les étudiants en médecine ne se spécialisent qu’après un enseignement des deux matières, l’enseignement peut donc se faire dans un lieu commun avec des ressources communes. Le second objectif porte sur les impératifs de gestion humaine et financière. Ainsi une liste de garde médicale commune a été mise en place, un plateau technique doté de salles d’endoscopie et surtout de lits ambulatoires et un accueil centralisé des patients ont également été crées.
Sur le plan architectural, ce regroupement est symbolisé par deux bâtiments des années 1900 en briques reliés entre eux par des passerelles de verre.

Au plan hôtelier, les patients disposeront de chambres seules avec sanitaires privatifs. Leur confort sera aussi amélioré par des équipements à hauteur variable. Les attentes des patients ont été prises en compte notamment pour diminuer leur durée d’hospitalisation, des lits d’hôpital de jour et de semaine ont été ouverts par transfert de lits d’hospitalisation traditionnelle.
Au plan de la prise en charge du patient, le projet médical et le projet soignant ont été revus pour s’adapter aux missions d’enseignement, de recherche (espaces réservés aux chercheurs) et de soins (collaboration infirmières/aides soignantes, mission d’expertise).

La prochaine grande étape pour ces deux disciplines sera leur intégration dans un pôle médico-chirurgical probablement viscéral. Ce rapprochement est d’ores et déjà effectif pour les consultations de suivi des greffes hépatiques qui sont prises en charge depuis le début du mois d’avril au sein de ce nouveau centre hépato-digestif médical.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.