Inaugurations au CHU de Nancy

Mercredi 21 décembre 2011, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand est venu inaugurer le bâtiment des Spécialités Médicales Philippe Canton, l’Institut lorrain du cœur et des vaisseaux Louis Mathieu et son amphithéâtre Gabriel Faivre. En comparant la situation de l’hôpital à celle de la France, le ministre de la santé a rappelé « qu’il faut se désendetter sans casser l’activité ni l’investissement. »

Mercredi 21 décembre 2011, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand est venu inaugurer le bâtiments des Spécialités Médicales Philippe Canton, l’Institut lorrain du cœur et des vaisseaux Louis Mathieu et son amphithéâtre Gabriel Faivre.  En comparant la situation de l’hôpital à celle de la France, le ministre de la santé a rappelé « qu’il faut se désendetter sans casser l’activité ni l’investissement. »
Xavier Bertrand a noté : « le travail conjoint mené par les élus de Nancy et de Metz, démontre que les questions de santé rassemblent au-delà des clivages politiques. » Il a indiqué que son ministère « était prêt à regarder comment il pouvait valoriser la santé en Lorraine ». Insistant sur la part d’humanité à ne pas perdre de vue dans l’exercice des métiers de la santé, il a rappelé que « oui, être médecin est un métier d’avenir ! ». Enfin, il a annoncé « le déblocage d’une enveloppe de 4 millions d’euros pour soutenir le CHU de Nancy dans ses échéances. » 

Coupure de ruban tricolore aux côtés du président du Conseil de surveillance, André Rossinot, explications autour de la maquette du BSM avec le Pr Thierry May, chef du pôle Spécialités médicales, dévoilement d’une plaque inaugurale, passage par les consultations de dermatologie et par l’Hôpital de Jour où le ministre a rencontré de nombreux chefs de service des spécialités médicales. Poursuite de la visite, toujours entouré du directeur général Philippe Vigouroux, de la directrice des hôpitaux de Brabois Isabelle Vidrequin, du président de la CME, le Pr Michel Claudon, du doyen de la faculté de médecine, le Pr Henry Coudane, du directeur général de l’Agence Régionale de Santé de Lorraine, Jean-François Bénévise, ainsi que du Préfet de Meurthe-et-Moselle : passage au plateau technique interventionnel de l’Institut Louis Mathieu guidé par le Pr Etienne Aliot, chef du pôle Médecine cardio-vasculaire et réanimation médicale,  puis découverte de l’amphithéâtre Gabriel Faivre et dévoilement d’une plaque inaugurale.
La visite s’est conclue par les discours dans le hall d’accueil de l’Institut lorrain du cœur et des vaisseaux Louis Mathieu. Philippe Vigouroux rappelant que le ministre avait posé la première pierre de ce bâtiment en 2006 a précisé que « ces réalisations décidées dans un contexte un peu différent, aujourd’hui, se payent, au sens propre, d’une réduction du programme d’investissement. Pourtant, le CHU de Nancy a le sens de l’avenir et travaille à sa performance, réduit ses surdépenses, s’ouvre à la région, multiplie les partenariats, se réorganise et se redresse. »
En écho, les professeurs May et Aliot ont rappelé le haut niveau des équipements technologiques de l’hôpital lorrain, tout en lançant un appel aux investissements nécessaires pour garder un niveau d’excellence. André Rossinot a souligné « les efforts fournis par l’ensemble de l’établissement dans le cadre du Contrat de Retour à l’Equilibre Financier (CREF), la mutualisation des moyens pour garantir des parcours de soins de qualité au service de la population et dans le respect des talents et des traditions lorraines médicales. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.