Incendie dans le service de réanimation toxicologique de l’hôpital Lariboisière

Suite à l'incendie s’est déclaré le jeudi 22 novembre peu après minuit au sein du service de réanimation toxicologique de l’hôpital Lariboisière, au premier étage d’un bâtiment Gallien, l'AP-HP a fait savoir que "grâce l'extrême réactivité et à l'implication des personnels aucune victime n'est à déplorer" selon Mireille Faugère, Directrice générale et Loïc Capron, président de la CME.

Suite à l’incendie s’est déclaré le jeudi 22 novembre peu après minuit au sein du service de réanimation toxicologique de l’hôpital Lariboisière, au premier étage d’un bâtiment Gallien, l’AP-HP a fait savoir que "grâce l’extrême réactivité et à l’implication des personnels aucune victime n’est à déplorer" selon Mireille Faugère, Directrice générale et Loïc Capron, président de la CME.
Le départ de feu s’est produit dans un local de service et est resté circonscrit à ce seul local. L’ensemble des systèmes de sécurité incendie a bien fonctionné.
Quinze patients étaient présents dans le service de réanimation à l’heure de l’évènement. Ils ont immédiatement été pris en charge par les équipes du SAMU de Paris avec l’appui des autres SAMU, et transférés dans d’autres services soit au sein de l’hôpital Lariboisière, soit dans d’autres établissements. Les patients du service de réanimation toxicologique sont à présent en sécurité. Il n’y a pas eu d’incidence directe de l’incendie, ni pour les patients hospitalisés dans les étages supérieurs, ni pour les personnels.
 
Les conditions de retour au fonctionnement normal du service de réanimation de l’hôpital Lariboisière sont en cours d’évaluation, de même que le fonctionnement des services situés au dessus du service concerné, la nécessité d’évacuer des patients n’est pas écartée à ce stade, par sécurité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.