Incendie d’un foyer de travailleurs migrants : le CHU active un plan blanc*

Un incendie, dont les raisons sont en cours de détermination par les services de police, est survenu dans la nuit du 13 au 14 novembre 2010 au sein d'un Foyer de travailleurs migrants ADOMA situé 4 avenue du Lac à Dijon. Le Plan Rouge a été déclenché par la Préfecture, le dimanche 14 novembre à 01h30. Une heure plus tard la Direction Générale du CHU de Dijon activait le Plan blanc. Lundi 15 novembre à 15h00, un bilan des victimes fait état de 7 personnes décédées et de 69 personnes hospitalisées dont 13 dans un état grave.

Un incendie, dont les raisons sont en cours de détermination par les services de police, est survenu dans la nuit du 13 au 14 novembre 2010 au sein d’un Foyer de travailleurs migrants ADOMA situé 4 avenue du Lac à Dijon. Le Plan Rouge a été déclenché par la Préfecture, le dimanche 14 novembre à 01h30. Une heure plus tard la Direction Générale du CHU de Dijon activait le Plan blanc.
Lundi 15 novembre à 15h00, un bilan des victimes fait état de 7 personnes décédées et de 69 personnes hospitalisées dont 13 dans un état grave.

Immédiatement, environ 80 professionnels du CHU de Dijon ont été rappelés pour prendre en charge les victimes : médecins, cadres de santé, ambulanciers, infirmiers, agents de la chambre mortuaire, brancardiers, interprètes, secrétaires, responsable service transport patients, infirmiers anesthésistes, Permanencier SAMU, coursiers, services techniques et logistiques… Le dispositif d’interprétariat a par ailleurs été activé pour faciliter la prise en charge des patients.

Le dispositif des secours
– Sur le lieu du sinistre, par le SAMU, un Poste Médical Avancé (PMA) ayant pris en charge 115 personnes
– Sur le site de l’Hôpital Général, un Poste Médical Avancé (PMA)
– Sur le lieu du sinistre, la Cellule d’Urgences Médico-Psychologiques (CUMP)
– Au Palais des Sports de Dijon, la prise en charge, par la Ville de Dijon, des personnes non hospitalisées afin d’assurer leur accueil et leur relogement.

Lundi 15 novembre à 15h00, le bilan était le suivant
– 7 personnes décédées
– 53 personnes hospitalisées sur le CHU de Dijon, dont 6 en état grave (5 en réanimation pédiatrique et 1 en réanimation pneumologique)
– 7 cas graves répartis sur d’autres établissements comme suit : 2 au CHU de Nancy, 2 aux Hospices Civils de Lyon et 3 au CHR de Metz-Thionville
– 3 personnes hospitalisées à la Clinique Sainte Marthe
– 6 personnes hospitalisées à la Clinique de Talant

L’ensemble des victimes non hospitalisées a été immédiatement pris en charge par la Ville de ijon et transféré au Palais des Sports. Y seront assurés, avec la collaboration de la Protection ivile, distribution de vêtements, repas, gestion du relogement et poursuite de la prise en harge psychologique par la Cellule d’Urgences Médico-Psychologiques (CUMP).

*Mis en oeuvre par le directeur d’établissement, le plan blanc est un plan d’organisation du système hospitalier en cas de catastrophe, d’accident ou de crise à caractère exceptionnel provoquant un afflux de patients ou de victimes. Le plan blanc nécessite la mobilisation sans délai de moyens humains, matériels et en soin : libération de lits d’hospitalisation, mobilisation maintien ou rappel de personnel, organisation globale de la logistique, accueil des familles, communication externe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.